Culture Le théâtre du Point du jour sort de ses murs pour explorer l’humain

Le théâtre du Point du Jour a toujours été dirigé par des metteurs en scène : du 1995 à 2012 par Michel Raskine et André Guittier, puis de 2013 à 2018 par Gwenaël Morin et son « Théâtre permanent ».  DR
Le théâtre du Point du Jour a toujours été dirigé par des metteurs en scène : du 1995 à 2012 par Michel Raskine et André Guittier, puis de 2013 à 2018 par Gwenaël Morin et son « Théâtre permanent ».  DR

Angélique Clairand et Eric Massé, fondateurs de la compagnie des Lumas, assureront dès l’été 2019 la nouvelle direction artistique du «plus petit» des grands théâtres lyonnais.

« Un théâtre de service public au service de tous les publics ». Depuis la création des Lumas en 2000, à leur sortie de l’école de la Comédie de Saint-Etienne, Angélique Clairand et Eric Massé misent sur la décentralisation théâtrale en investissant les territoires.

Et les nouveaux visages de la direction artistique du théâtre du Point du jour (5e) comptent bien poursuivre l’expérience en s’attaquant à la réalité des phénomènes sociétaux : la moitié de la programmation du Point du jour (non arrêtée pour le moment) sera donc hors les murs. « Nous aimerions créer un maillage plus étendu des publics. Si le théâtre reste dans les théâtres, il ne s’adressera qu’à des spectateurs qui en ont déjà l’habitude. C’est pour cela que nous avons décidé de développer des comédies itinérantes, une sorte de théâtre nomade qui se produit dans les centres sociaux, les bibliothèques, mais aussi les parcs, les lycées… », expliquent Angélique et Eric.

Plusieurs spectacles intégreront par ailleurs la langue des signes française, divers langages du monde et des registres d’expression variés, questionnant ainsi le conditionnement social et l’exode rural.

Portant haut les couleurs d’un théâtre inclusif, la nouvelle direction artistique du Point du jour entend aussi partager de nouvelles œuvres associant spectateurs, professionnels et amateurs au processus de création, au moyen notamment de laboratoires participatifs et d’ateliers de transmission. « Ce mode de collaboration s’inscrit dans un souci de complémentarité des pratiques, des intelligences et des savoirs », souligne le binôme. « Et le Point du jour, c’est un nom comme un lieu qui offre beaucoup d’espoir sur l’horizon des jours à venir… »

De notre correspondante locale Elena JEUDY-BALLINI

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?