MUSIQUE Frédéric Bobin file l’équilibre parfait

Frédéric Bobin, du Creusot à Lyon, quinze ans de chansons.  Photo David DESREUMAUX
Frédéric Bobin, du Creusot à Lyon, quinze ans de chansons. Photo David DESREUMAUX

Entre chanson française et influences anglo-saxonnes, le chanteur lyonnais marche sur un fil mélodique et gracieux. A découvrir ce vendredi à la MJC du Vieux Lyon.

Il y a un parfum de nostalgie chez Frédéric Bobin. Sa voix douce est toujours portée par une guitare acoustique, dans la grande tradition seventies des guitares sèches. Les cordes portent le rythme et la mélodie, en avant-garde autonome. Mais à bien écouter Les larmes d’or, son dernier album, on trouve dans la musique de ce natif du Creusot (71) exilé à Lyon une musicalité aussi discrète que riche, distillée par une kyrielle d’instruments, de l’harmonica au piano en passant par un violoncelle ou une batterie…

Nourri de chanson française autant que de références anglo-saxonnes, le chanteur a choisi la voie du milieu : des textes poétiques, écrits par son frère et des références à Neil Young, McCartney ou James Taylor. Au final, on pense à Yves Simon, Alain Souchon, ou Kent, son ami lyonnais, avec lequel il a enregistré un duo sur son dernier album.

Il y a quelques mois, le Lyonnais a découvert la scène de l’Olympia, à l’invitation de Gauvain Sers. Le point d’orgue d’une longue tournée de 80 dates, sous son nom ou en première partie. Frédéric Bobin s’est même offert le luxe se monter un spectacle avec la lyonnaise Michèle Bernard, dans lequel les deux artistes ont mélangé leur répertoire…

Ce vendredi soir, le musicien ira poser sa guitare sur la scène de la salle Léo-Ferré, à la MJC du Vieux-Lyon, en compagnie du guitariste Clément Soto.

Frédéric Bobin en concert vendredi 8 février, à 20h30 à la MJC du Vieux Lyon. Tarifs : 12 et 15 €.

Thierry MEISSIREL

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?