Environnement Au parc de la Tête d’Or, les carpes du lac se meurent: la pêche est interdite

Au lac du parc de la Tête d’Or : un arrêté interdit la pêche jusqu’à nouvel ordre.  Photo Aline DURET
Au lac du parc de la Tête d’Or : un arrêté interdit la pêche jusqu’à nouvel ordre. Photo Aline DURET

Une cinquantaine de carpes mortes ont été retirées du lac ces dernières semaines par les services du Parc. La pêche y est interdite depuis le 21 janvier. Et jusqu’à nouvel ordre.

Que se passe-t-il au lac du parc de la Tête d’Or ? Depuis le 21 janvier la pêche des poissons y est strictement interdite. La découverte ces dernières semaines de cadavres de carpe en serait la raison. Cette espèce, après analyses faites par le Laboratoire départemental du Jura et l’Anses de Brest serait victime du virus de la maladie du sommeil de la carpe (lire ci-dessous).

« Sans danger pour le public »

C’est un arrêté municipal installé tout autour du lac qui signale le problème aux passants et aux pêcheurs. Le texte évoque une « importante mortalité » affectant la seule population des carpes. « Des tournées sont organisées plusieurs fois par semaine pour récupérer les poissons morts, soit une cinquantaine ces dernières semaines », indiquent les services de l’hôtel de ville.

Et de préciser « on ne connaît pas l’origine de la maladie. Elle agit un peu comme une épidémie de grippe, s’arrête au retour des beaux jours et des températures plus douces. » Elle serait « sans danger pour le public ».

Les pêcheurs sont invités à cesser leur activité sur le lac, afin d’éviter tout « risque de contamination de la Saône et de la Dombes par le matériel utilisé ». À l’exception de cette interdiction, aucune autre action n’est engagée sur le lac.

Les animaux peuvent poursuivre leur baignade hivernale et les promeneurs leur flânerie. Cet arrêté est néanmoins à durée indéterminée. « On se laisse du temps, au parc « pour voir comment l’épidémie évolue ».

La maladie du sommeil, c’est quoi ?

La maladie du sommeil de la carpe est apparue au Japon dans les années 1970 et pour la première fois en France en 2013. La température serait un facteur principal de déclenchement de cette maladie qui se traduit chez la carpe par une nage lente ou une nage de côté.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?