concours Une Lyonnaise rêve du concours de pin-up à Vegas

Marion Berrou-Drand, alias Dollykitten.  Photo Bell’s Pin Up
Marion Berrou-Drand, alias Dollykitten. Photo Bell’s Pin Up

Marion Berrou-Drand, alias Dollykitten, tente sa chance pour participer au concours de pin-up le plus renommé au monde organisé à Las Vegas. À 29 ans, la Lyonnaise a fait de la culture rétro et vintage un mode de vie.

Elle se fait appeler Dollykitten et pose, lascive, téléphone vintage à l’oreille. Mimiques suggestives des starlettes de l’époque, détails esthétiques rétro et esprit glamour un peu suranné. En mode pin-up. C’est ce qu’elle est. Une pin-up du monde moderne. Derrière le maquillage, l’élégance, les formes pulpeuses et le nom de scène : Marion Berrou-Drand, 29 ans, hôtesse d’accueil.

Lyonnaise depuis quelques années, elle veut participer au Viva Las Vegas pin-up contest, le concours de pin-up le plus renommé au monde, organisé dans la ville américaine du jeu. Elle veut représenter la France et incarner la capitale des Gaules. Son rêve.

« J’assume ma féminité »

« Ces femmes des années 1940-1950 représentent un idéal, un modèle pour moi. J’aime tout de cette époque, sauf, bien sûr, la condition des femmes. Je ne suis pas féministe revendicatrice mais je crois être une femme forte. On peut être glamour, pin-up, moderne et indépendante », raconte la jeune femme. En la regardant, porte-jarretelles, talons vertigineux, corset et paillettes, se pose aussi la question de la place du corps dans la société, remise au goût du jour par le phénomène néoburlesque. « J’assume ma féminité, répond-elle. Tous les jours. »

En 2011, Marion Berrou-Drand a franchi le pas. Depuis, elle porte des looks vintage au quotidien. Mais c’est durant son enfance qu’elle est tombée dans cette culture, grâce à ses parents, qui lui ont fait découvrir l’univers du rock’n’roll. Et grâce à sa grand-mère, à qui, dit-elle, elle doit beaucoup : « Avec elle, je faisais les vide-greniers et les brocantes. Elle m’a donné le goût des vieilles choses. C’était une femme très élégante, elle m’a inspirée. »

Depuis qu’elle est à Lyon, Marion Berrou-Drand participe régulièrement au salon de la mode vintage et a plusieurs fois remporté le concours de look. « Je rêvais de cette compétition de pin-up, mais je n’osais pas », raconte la jeune femme. La peur d’être déçue était la plus forte.

Aucune Française n’a jamais été sélectionnée

Chaque année, entre 150 et 200 femmes à travers le monde, sans critères physiques ni critères d’âge ou de métier, postulent au concours Viva Las Vegas. Pour y arriver, elles doivent passer des étapes de sélections, parmi lesquelles, un vote, qui se déroule sur le site même du concours. Six d’entre elles seulement participeront à la finale.

Marion Berrou-Drand raconte qu’aucune Française n’a jamais été sélectionnée. « Une Belge seulement, l’an dernier. Cette année, j’ai sauté le pas en me disant que, même si je n’étais pas choisie, j’irai quand même à Las Vegas en avril. Ce sera ma récompense quoi qu’il arrive. »

Pratique Vote possible jusqu’a 31 janvier sur le site vivalasvegas.net/pin-up-contest

On peut être glamour, pin-up, moderne et indépendante

Marion Berrou-Drand alias Dollykitten

 

Sur le site du Viva Las Vegas pin-up contest, on apprend que, lors de la grande finale, les critères qui départageront les candidates seront aussi bien esthétiques que de culture générale, sans oublier celui de leur personnalité.

La grande gagnante devra être « positive, professionnelle, gentille et compatissante », est-il écrit dans le règlement, car « ce concours n’est pas uniquement fondé sur la popularité ou l’attrait esthétique, mais inclut également la beauté intérieure ».

 

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?