Sirha 2019 Des trésors de la gastronomie lyonnaise mis aux enchères aux puces du Canal

Jacotte Brazier, maîtresse de cérémonie de la vente aux enchères, et Emmanuelle Col-Ulrich, commissaire de l’exposition, présentent une œuvre de Jaké (la boîte à Pizza estimée à 500 €) et un marmiton ayant appartenu à la mère de Pierre Orsi.  Photo Isabelle BRIONE
Jacotte Brazier, maîtresse de cérémonie de la vente aux enchères, et Emmanuelle Col-Ulrich, commissaire de l’exposition, présentent une œuvre de Jaké (la boîte à Pizza estimée à 500 €) et un marmiton ayant appartenu à la mère de Pierre Orsi. Photo Isabelle BRIONE
Tirage numéroté, limité à 30 exemplaires, datant de 2008.  Photo Gilles ROCHON
Tirage numéroté, limité à 30 exemplaires, datant de 2008. Photo Gilles ROCHON
Dessin de Simon Andriveau encadré pour une ancienne carte de vœux du chef Gagnaire.  Photo DR
Dessin de Simon Andriveau encadré pour une ancienne carte de vœux du chef Gagnaire. Photo DR
Jacotte Brazier, maîtresse de cérémonie de la vente aux enchères, et Emmanuelle Col-Ulrich, commissaire de l’exposition, présentent une œuvre de Jaké (la boîte à Pizza estimée à 500 €) et un marmiton ayant appartenu à la mère de Pierre Orsi.  Photo Isabelle BRIONE Tirage numéroté, limité à 30 exemplaires, datant de 2008.  Photo Gilles ROCHON Dessin de Simon Andriveau encadré pour une ancienne carte de vœux du chef Gagnaire.  Photo DR

En marge du salon professionnel du Sirha, qui commence ce samedi, la Biennale internationale du goût donne des rendez-vous au grand public jusqu’au 30 janvier. Dont une vente aux enchères ce dimanche, animée par la petite-fille de la mère Brazier.

Il y a deux ans, Jacotte Brazier avait préparé la vente aux enchères “gastronomie et patrimoine culinaire”, organisée aux Puces du canal, à l’occasion de la Biennale internationale du goût, version off du Sirha (rendez-vous professionnel de l’hôtellerie et la restauration à Eurexpo).

Cette année, la petite-fille de la mère Brazier sera juste la “maîtresse de cérémonie”, commentant les lots mis en enchères par Gérald Richard, commissaire-priseur à Villefranche.

« Cela m’amuse, je suis bavarde. Il faut mettre un peu de légèreté et d’humour sinon on s’ennuie. »

Pour la bonne cause : les 150 lots environ seront adjugés au profit de la fondation Bocuse (qui œuvre en faveur de l’insertion) et de l’association Prader-Willi (maladie génétique rare).

Des souvenirs de Paul Bocuse

Au lendemain du 1er  anniversaire de la disparition de Paul Bocuse, il y aura évidemment des souvenirs du chef étoilé, notamment un superbe cliché noir et blanc réalisé en 2008 par Gilles Rochon, un marchand installé aux Puces. Ou ce portrait signé Jaqe Chambon.

Outre des menus, d’autres pièces sont attendues : la rénovation récente de L’Auberge du Pont de Collonges a permis des trouvailles et les brasseries doivent aussi alimenter le catalogue.

Ce passage donnera sûrement à la pétillante septuagénaire l’occasion d’évoquer son ami.

« Paul, c’est ma vie, il a accompagné toutes mes joies et toutes mes peines. Il m’a aidé à les surmonter… La mort de mon père, la vente de mon restaurant… Qu’il jugeait invendable. »

Les faitouts de Maman Orsi

Autres trésors : des casseroles, marmitons, poêlons, moules, etc. Soit neuf faitouts ayant appartenu à la mère de Pierre Orsi, confiés par le cuisinier de la place Kléber. Estimés entre 60 et 160 euros selon les tailles. « Rares et vraiment bien entretenus », observe la future Madame Loyal.

« L’idée, c’est de créer un moment de vie », résume Emmanuelle Col-Ulrich, commissaire de l’exposition. 

Avec la vente, une animation live (l’artiste BUR réalisera une toile en direct qui sera vendue en fin de vacation), la signature du livre de Jacotte (Les Secrets de la mère Brazier) et la distribution de la soupe de Monsieur Paul.

> Vente aux enchères, dimanche 27 janvier à 10 heures aux Puces du canal, 5, rue Eugène-Pottier, à Villeurbanne. Exposition samedi 26 janvier de 14 à 17 heures. Lien sur le catalogue : www.interencheres.com/meubles-objets-art/gastronomie-avec-jacotte-brazier-dans-le-cadre-du-sirha 

150 lots cherchent preneurs : morceaux choisis

 

Parmi les petites trouvailles de cette vente aux enchères :

- des vestes de travail blanches de Cuilleron, Tetedoie, Lassausaie, Lacombe... (autour de 150 euros)

- des portraits de Paul Bocuse, Mathieu Viannay, Guillaume Gomez, par Jaqe Chambon... (entre 1800 et 2600 euros)

- des scènes de cuisine d'Elisabeth Germain (à partir de 1200 euros)

- des assiettes et projets de décor d'Alain Vavro qui vient de restaurer le restaurant de Paul Bocuse (50 lots de vin)

Isabelle BRIONE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?