Lyon/Villeurbanne - insolite Pour eux, le baby-foot est plus qu’un jeu: c’est du sport

L’équipe du RSFT a été sacrée vice-championne de France par équipe en avril. Avec sa nouvelle école, le club cherche à recruter de nouvelles forces vives. / Photo DR
L’équipe du RSFT a été sacrée vice-championne de France par équipe en avril. Avec sa nouvelle école, le club cherche à recruter de nouvelles forces vives. / Photo DR

À partir du 24 janvier, l’une des premières écoles françaises de baby-foot va voir le jour dans le 6e  arrondissement. Porté par le Rhône sportif football de table (RSFT), ce projet vise à populariser un sport qui, dans l’imaginaire collectif, est encore l’un des loisirs les plus populaires qui soient.

C’est une histoire de copains qui se réunissent à chaque fois qu’ils le peuvent, dans les bars, autour d’une table de baby pour taper la petite balle. Alors que des centaines de joueurs s’affrontent chaque jour dans les bars de l’agglomération lyonnaise, dans les années 2000, une bande de joueurs passionnés décide de se réunir pour voir plus grand.

Au-delà de la passion, ils vivent le baby comme un sport et décident de s’entraîner ensemble et de progresser. D’abord dans les bistrots. Puis, très vite, afin de profiter d’un cadre plus propice à l’apprentissage, ils rejoignent le centre omnisports du Rhône sportif, à Villeurbanne. C’est le début de l’aventure du Rhône sportif football de table (RSFT). Quinze  ans plus tard, le club compte certains des meilleurs joueurs français et souhaite aller encore plus loin.

Une école de baby-foot ouvre dans le 6e

À partir du 24 janvier, il va ainsi ouvrir une école de baby-foot dans le 6e  arrondissement de Lyon. Un projet témoin, appuyé et suivi par la Fédération française de football de table, puisque c’est une des premières écoles françaises.

Président depuis dix ans du club lyonnais, Noureddine Houcine, explique : « Pour la majorité, le baby est un jeu, mais pour ses adhérents, c’est beaucoup plus : une discipline, une passion qui demande technique et stratégie. Nos valeurs de respect, de plaisir et de partage ont fait des joueurs et fondateurs du club de véritables guerriers, d’où le nom de l’équipe, les Spartiates. Nous souhaitons désormais développer ici une activité qui fédère tous les publics, par le biais de l’un des loisirs les plus populaires qui soient. En effet, hommes, femmes, enfants, seniors, handicapés sans distinction peuvent pratiquer le même sport-loisir ».

Et de signaler que « les locaux associatifs de la mairie du 6e , situés en rez-de-chaussée, seront accessibles à tous et particulièrement aux fauteuils roulants, ce qui n’est malheureusement pas le cas à Villeurbanne. Des tables adaptées, légèrement plus basses, seront d’ailleurs bientôt disponibles. »

Des cours à partir de 7 ans

Des moniteurs dispenseront des cours par groupes de niveau, basés sur le guide pédagogique de la Fédération française de football de table. L’apprentissage débouche sur l’obtention d’un passeport. « Créer cette école devrait populariser le baby-foot localement. Dans un vivier plus important, les chances de voir émerger les champions de demain augmentent », termine Noureddine Houcine.

Rendez-vous pour une séance de découverte jeudi 24 janvier à 19 heures. Cours : à partir de 7 ans, tous les jeudis de 19 à 22 heures, salle 5, entrée par le 37, rue Bossuet. Contact : Noureddine Houcine au 06.27.59.09.13. Ou par mail : rstf69@gmail.com

Nos valeurs de respect, de plaisir et de partage ont fait des joueurs et fondateurs du club de véritables guerriers

Noureddine Houcine, président du Rhône sportif football de table

Des millions d’amateurs, mais seulement 3 000 licenciés pour la Fédération française

Le Rhône sportif football de table (RSFT) existe depuis vingt ans et compte, parmi ses membres, certains des meilleurs joueurs français et mondiaux.

« Nous bénéficions du fort soutien du Rhône sportif de Villeurbanne : les 60 membres de la section s’entraînent depuis 2003 dans la seule salle en France dédiée et ouverte non-stop. Une vingtaine de licenciés jouent en compétition, à titre individuel ou en équipe : une 3e  place européenne en Serbie, en décembre dernier, récompense le dynamisme du club », explique le président.

En France, l’activité dépend de la Fédération nationale de football de table, qui compte 80 clubs et environ 3 000  licenciés, et est affiliée à la Fédération internationale. Cette dernière tente d’être reconnue par le Comité international olympique, comme sport à part entière.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?