Urbanisme Villeurbanne : aux Gratte-Ciel, les démolitions vont débuter rue Chomel

Souvent squattés, les bâtiments de la Léon-Chomel seront rasés dans les prochaines semaines.  Photo Y. PONNET
Souvent squattés, les bâtiments de la Léon-Chomel seront rasés dans les prochaines semaines.  Photo Y. PONNET
Sur l’avenue Henri-Barbusse, le piéton aura vue sur la cheminée de l’esplanade Geneviève-Anthonioz-De-Gaulle.  Visuel ANMA-VLB/SERL
Sur l’avenue Henri-Barbusse, le piéton aura vue sur la cheminée de l’esplanade Geneviève-Anthonioz-De-Gaulle. Visuel ANMA-VLB/SERL
Souvent squattés, les bâtiments de la Léon-Chomel seront rasés dans les prochaines semaines.  Photo Y. PONNET Sur l’avenue Henri-Barbusse, le piéton aura vue sur la cheminée de l’esplanade Geneviève-Anthonioz-De-Gaulle.  Visuel ANMA-VLB/SERL

Une nouvelle phase du projet d’extension du centre-ville de Villeurbanne vient de débuter, avec la préparation du chantier de démolition des immeubles qui bordent cette rue entre la rue de Pressensé et le cours Émile-Zola.

« Cela va permettre d’avoir la perspective de l’avenue Henri-Barbusse prolongée ! » Chef de projet à la Société d’équipement et aménageur urbain du Rhône et de Lyon (Serl), Nicolas Baume anticipe volontiers la fin d’un important chantier en cours de préparation dans la rue Léon-Chomel : la démolition des immeubles bordant cet axe reliant le cours Émile-Zola et la rue Francis-de-Pressensé. « C’est un fait important », souligne en effet ce cadre de la société d’économie mixte qui pilote l’aménagement de la Zone d’aménagement concerté (ZAC) Gratte-Ciel centre.

Régulièrement squattés ces dernières années, fortement dégradés, les bâtiments seront rasés à partir de la fin du mois de février 2019. Les travaux s’étaleront sur douze mois.

Une phase préparatoire a officiellement été lancée le 24 octobre 2018. Elle vise à nettoyer et désamianter les immeubles et à sécuriser les prochaines interventions. Elle explique l’installation de préfabriqués et la présence récente d’engins de chantier au début de la rue Léon-Chomel.

Une pause due au retard du lycée

Une fois celle-ci débarrassée de ses bâtiments, que se passera-t-il dans cette rue ? Pas grand-chose de nouveau en fait : des aménagements temporaires, comme des marquages au sol pour permettre de visualiser l’emprise de la future avenue Henri-Barbusse prolongée, et des animations devraient être mis en place. Le retard pris dans le projet de reconstruction-démolition du lycée Brossolette pénalise en effet l’opération sur ce secteur. L’établissement scolaire devrait être livré en 2021 ou 2022. Il sera desservi par la rue Racine prolongée, qui sera donc réalisée dans le même temps.

Quant au prolongement de l’avenue Henri-Barbusse jusqu’au parc du Centre (l’esplanade Geneviève-Anthonioz-De-Gaulle), il devrait être effectif à l’horizon 2025. Il s’agira d’un chantier très particulier, puisqu’il devra être mené en même temps que la dernière tranche du réaménagement du cours Émile-Zola, à hauteur des Gratte-Ciel, et intégrer un autre projet, le prolongement de la ligne de tramway T6. Dans un premier temps, cette ligne devrait est dotée d’un terminus au parc du Centre, avant - ce sera un autre projet - de rejoindre le campus de la Doua. L’achèvement de la ZAC Gratte-Ciel est prévu pour 2029.

Repères

7

La ZAC Gratte-Ciel centre couvre un territoire de 7 hectares, au nord du cours Émile-Zola. À terme, 900 logements doivent être créés, ainsi que 21 000 m² de commerces et services, 4000 m² de bureaux et 25 000 m² d’espaces publics.

Les chantiers engagés

Trois chantiers sont lancés. Au 7, rue Hippolyte-Kahn, la copropriété Néopolis devrait être livrée en 2019. En face du collège des Gratte-Ciel, un complexe sportif municipal devrait être prêt pour la rentrée 2019. Les travaux du groupe scolaire Rosa-Parks ont pris du retard et devraient s’achever en 2020.

Yannick PONNET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?