LITTÉRATURE Ces belles plumes qui viendront à Lyon en 2019

Ambiance sur Quais du polar 2018, ici salle de la corbeille au Palais de la bourse de Lyon en 2018/ Archives Joël PHILIPPON
Ambiance sur Quais du polar 2018, ici salle de la corbeille au Palais de la bourse de Lyon en 2018/ Archives Joël PHILIPPON

Manifestations littéraires ou rencontre en librairie, ces écrivains feront un détour par l’agglomération lyonnaise en 2019. De Quais du Polar à la à la Fête du livre de Bron en passant par les Assises du roman.

La Fête du livre de Bron, du 6 au 10 mars, Quais du Polar, du 29 au 31 mars, et les Assises du roman, du 20 au 26 mai.

Tels seront les principaux événements littéraires que l’on retrouve en 2019 dans notre agglomération.

La manifestation brondillante renoue avec l’idée d’un thème générique : “La vie sauvage”. Une thématique qui permettra aux écrivains invités de se pencher sur la part animale de l’homme, la sauvagerie implacable de notre modernité.

90 000 visiteurs en 2018 à Quais du Polar

Pour Quais du Polar, c’est une orientation géographique plus qu’un sujet de réflexion que l’on peut relever. Cet événement plébiscité par les passionnés de polar (plus de 90 000 visiteurs en 2018) accordera une place prépondérante aux auteurs venus du nord de l’Europe. Ainsi, Leif Davidsen (Danemark), Lars Kepler (Suède), Arni Thorarinsson (Islande) sont-ils attendus au Palais du commerce. Fin mai, le moment sera venu de se lever pour la 13e édition des Assises du Roman. On relève déjà nombre de patronymes prestigieux parmi les invités.

Nous en évoquons certains ici, qui seront aux Assises, mais aussi à Bron ou à Quais du Polar.

Fête du livre de Bron, du 6 au 10 mars, à l’Hippodrome de Parilly www.fetedulivre.com Quais du Polar, du 29 au 31 mars, place de la Bourse. www.quaisdupolar.com Assises du roman, du 20 au 26 mai, aux Subsistances. www.villagillet.net

Nicolas Mathieu

Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018 / Photo AFP
Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018 / Photo AFP

Il a eu en 2018, la distinction la plus convoitée des écrivains français, le Prix Goncourt. Une excellente surprise, puisque les jurés ont ainsi mis en avant un roman, Leurs enfants après eux , qui nous met au contact de cette France périphérique, rurale, dont on parle si peu d’habitude. Cette France qui s’est révoltée en gilet jaune.

Tout en dépeignant avec acuité les affres de l’adolescence, la découverte de la sexualité, les premières amours. Nicolas Mathieu est l’invité d’honneur de la Fête du Livre de Bron.

Leif Davidsen

/ Photo Territorium
/ Photo Territorium

Longtemps grand reporter, le Danois Leif Davidsen s’est spécialisé dans les pays de l’ex-bloc de l’Est, la Russie et l’Espagne. Il nourrit ses intrigues d’une précieuse documentation collectée au fil des années. Il excelle à rendre palpitante la politique internationale, pimentée de ténébreux secrets de famille.

Leif Davidsen est, entre autres, l’auteur de Le gardien de mon frère et La mort accidentelle du patriarche. Il revient cette année à Quais du Polar

David Diop

David Diop / Photo Hermance Triay
David Diop / Photo Hermance Triay

Magnifique roman couronné par le Prix Goncourt des Lycéens, Frères d’arme nous plonge dans les tranchées de la guerre 1914-1918. C’est en effet l’histoire d’un tirailleur sénégalais que nous conte son auteur, David Diop. Celle d’un homme rendu fou par la perte de son ami, son frère d’arme.

Le lien est fait également avec l’Afrique, à travers les souvenirs du héros, retranscrit par la plume flamboyante de David Diop, invité de la Fête du Livre de Bron.

Maylis de Kerangal

Maylis de Kerangal / Photo Francesca Mantovani/Gallim
Maylis de Kerangal / Photo Francesca Mantovani/Gallim

Elle a sorti l’un des plus beaux romans de cette rentrée littéraire, Un monde à portée de main. Après Naissance d’un pont , Réparer les vivants, elle poursuit ainsi une œuvre passionnante, qui montre comment les destins individuels peuvent s’inscrire dans différentes aventures collectives.

Elle sera l’une des têtes d’affiche des Assises du Roman.

Maxime Chattam

Maxime Chattam / Photo DR.
Maxime Chattam / Photo DR.

Il est l’un des rares auteurs français de polar à être traduit dans le monde entier. Maxime Chattam est en effet l’un des maîtres du thriller français. Il s’inscrit avec succès dans tous les registres du genre : thriller, roman noir, fantastique.

Son dernier opus, Le Signal, nous emmène dans une petite ville perdue où se multiplient suicides mystérieux et disparitions de jeunes filles. Maxime Chatam est attendu à Quais du Polar.

Serge Joncour

Serge Joncour / archives Gaëlle Arrieus
Serge Joncour / archives Gaëlle Arrieus

Malheureusement oublié des Prix de novembre, Serge Joncour a publié cette année un roman captivant, Chien loup. Le récit d’un homme qui se retire dans une campagne sauvage, coupée du monde. Un sujet qui est parfaitement en phase avec le thème de la Fête du Livre de Bron dont il est l’un des invités.

D’autant qu’il croise ce récit avec une autre histoire qui nous ramène à la Première Guerre mondiale, celle de 1914-1918.

Michael Connelly, version culte

Mickaël Connelly à Lyon / Archives Maxime Jegat
Mickaël Connelly à Lyon / Archives Maxime Jegat

Avec Harry Bosh, héros récurrent de bon nombre de ses romans noirs (dont Le poète, ou encore La défense Lincoln, qui sont des livres cultes), l’Américain Michael Connelly est devenu un auteur incontournable de la littérature policière actuelle. Il allie savamment suspense insoutenable et rebondissements sanglants.

Un maître en la matière qui revient cette année à Quais du Polar.

Virginie Maris

Virginie Maris / Photo Aurore Valade
Virginie Maris / Photo Aurore Valade

Philosophe, membre du CNRS, auteure de passionnants travaux sur la biodiversité, Virginie Maris illustre parfaitement la volonté qui est celle de la manifestation brondillante depuis plusieurs années : ne pas se cantonner au seul roman et s’ouvrir aux sciences-humaines.

D’autant que son dernier ouvrage, La Part sauvage du monde , entre aussi en relation avec le thème choisi par la Fête du Livre, soit “La vie sauvage”.

Alaa Al Aswany

Alaa Al Aswany. / Photo Joël SAGET
Alaa Al Aswany. / Photo Joël SAGET

Écrivain égyptien en butte à l’hostilité des islamistes, censuré dans son pays, l’auteur de L’Immeuble Yacoubian (adapté en 2006 au cinéma par Hamed Marwan avec Adel Imam) publie un nouvel opus, J’ai couru vers le Nil. Un roman enraciné dans la révolution de 2011, qui éclaire la dictature toujours à l’œuvre en Égypte.

Déjà accueilli à Lyon, Alaa Al Aswany y revient pour la prochaine édition des Assises du Roman.

Sophie Divry

Sophie Divry / Photo DR.
Sophie Divry / Photo DR.

C’est en voisine que Sophie Divry se rendra aux Assises : elle est née à Montpellier mais vit à Lyon.

Son dernier roman, Trois fois la fin du monde , réussit à nous décrire à la fois un monde surpeuplé, celui de la prison dans laquelle a été enfermé son héros, et un monde dépeuplé où il doit tenter, là encore, de survivre. Un territoire dévasté par une explosion nucléaire, à laquelle il a miraculeusement réchappé. Un formidable conte moderne.

Jérôme Ferrari

Jérôme Ferrari / Photo Joël Saget
Jérôme Ferrari / Photo Joël Saget

C’est la vie d’une jeune femme photographe, grand reporter, que nous dévoile Jérôme Ferrari dans son dernier roman, À son image. Un itinéraire passionnant qui évoque aussi bien un village dans les montagnes corses que la récente guerre qui sépara la Yougoslavie entre Serbes et Croates.

L’écrivain (Prix Goncourt 2012 avec La chute de Rome ) participera aux Assises du Roman.

Sélection Nicolas BLONDEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?