Politique Des vœux et des couacs

David Kimelfeld (à gauche) et Gérard Collomb dans la pénombre lors des vœux   du maire du 2 e arrondissement, Denis Broliquier.  Photo Michel NIELLY
David Kimelfeld (à gauche) et Gérard Collomb dans la pénombre lors des vœux du maire du 2 e arrondissement, Denis Broliquier. Photo Michel NIELLY

Des cérémonies qui éclairent sur l’état des rapports entre le maire de Lyon, Gérard Collomb, et le président de la Métropole, David Kimelfeld.

Ce fut l’incident le plus drôle, celui qui porte le moins à conséquence mais que chacun peut s’amuser à interpréter comme il lui plaît et à l’infini, lors des vœux du 2e arrondissement, mardi soir, à l’Embarcadère.

Le lapsus « Georges Kimelfeld »

Au cours de son intervention, le maire de Lyon, Gérard Collomb, a tenu à rendre hommage à… – en lyonnais dans le texte – « Georges Kimelfeld, ancien maire de Lyon et actuel 1er  adjoint ». Le lapsus, fort joli, chacun en conviendra, a fait rire ou sourire toute la salle sauf… Gérard Collomb. Emporté par sa parole et concentré sur son discours, il ne réalisa pas que sa langue avait fourché et continua sur sa lancée. À ses côtés, sur la tribune, outre le maire du 2e , Denis Broliquier, des élus d’arrondissement, les députés Thomas Rudigoz et Hubert Julien-Laferrière, il y avait, notamment, Georges Képénékian et David Kimelfeld, président de la Métropole.

Le second incident public lors de ces premiers vœux municipaux se déroula quelques dizaines de minutes plus tard, à la salle des ventes des Brotteaux, lors des vœux du maire du 6e , Pascal Blache. Un incident révélateur des tensions entre l’ancien et l’actuel président de la Métropole. Pascal Blache voulait qu’interviennent, classiquement, le maire de Lyon, mais aussi, pour la première fois, le président de la Métropole. Au grand dam du cabinet de Gérard Collomb. Mais au moment où Pascal Blache, son intervention finie, propose de laisser la parole au président de la Métropole puis de laisser conclure le maire de Lyon, celui-ci s’empare du micro et fait son discours.

Un troisième incident dans la soirée

Troisième et dernier (provisoirement ?) incident, le premier dans l’ordre chronologique, est le plus controversé, car deux versions s’opposent. D’après David Kimelfeld, huit de ses invités du 4e arrondissement – dont un responsable de son cabinet – auraient été « blacklistés » par le maire de Lyon pour la cérémonie des vœux aux corps constitués à la mairie centrale lundi. Version contestée par le cabinet du maire mercredi : « Aucun des membres du cabinet du maire du 4e n’a été refusé à la cérémonie des vœux aux corps constitués », a-t-il été répondu au Progrès.

Michel Rivet-Paturel

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?