CINEMA Dans les cordes de Rocky

Michael B. Jordan (photo) n’est plus le champion en devenir. Il a son titre mondial et prend toute la lumière.  Photo Warner Bros
Michael B. Jordan (photo) n’est plus le champion en devenir. Il a son titre mondial et prend toute la lumière. Photo Warner Bros
Rocky Balboa et son successeur : Sylvester Stallone et Michael B. Jordan / Photo Warner Bros
Rocky Balboa et son successeur : Sylvester Stallone et Michael B. Jordan / Photo Warner Bros
Des conseils précieux / Photo Warner Bros
Des conseils précieux / Photo Warner Bros
Michael B. Jordan (photo) n’est plus le champion en devenir. Il a son titre mondial et prend toute la lumière.  Photo Warner Bros Rocky Balboa et son successeur : Sylvester Stallone et Michael B. Jordan / Photo Warner Bros Des conseils précieux / Photo Warner Bros

Le film Creed 2, réalisé par Steven Caple Jr. est sorti ce mercredi 9 janvier. La légende de Rocky va comme un gant à Michael B. Jordan qui cogne fort, dans les cordes et dans les codes du boxeur de légende.

Rocky marche lentement. D’un pas comme hésitant, qui claudique ou balance, on ne sait trop, légèrement. Il porte ce petit chapeau cabossé comme sa caboche. Il n’a pas l’air vraiment vieux. Juste fatigué et las. Il a l’air d’un gars revenu de tout. Il est seul, il est veuf, il parle toujours à sa femme disparue, qu’il va visiter au cimetière des souvenirs et des regrets.

Rocky n’est plus Rocky le boxeur flamboyant. Sylvester Stallone a plus de 70 ans et il n’est plus que le héros de la nostalgie. Il y a dix ans encore, un peu plus, il cognait fort, dans Rocky Balboa (2006). Il rechaussait les gants, il remontait les marches, il tapait dur, il revenait sur le ring, et tout recommençait, comme avant, comme en 1976, la première fois qu’il avait inventé Rocky. Tout recommençait, la légende et la gloire.

Quand il est revenu, en 2015, quand même, dans Creed , l’héritage de Rocky Balboa (réalisé par Ryan Coogler), Rocky n’était plus qu’un vieil homme malade, il avait déjà renoncé à la boxe. Il avait fallu que le fils d’Apollo Creed, son ancien adversaire, le sorte de sa solitude et le désigne comme mentor, pour que l’ancien champion redonne du muscle à la saga.

L'histoire

La vie est devenue un numéro d’équilibriste pour Adonis Creed entre ses obligations personnelles et son entraînement pour son prochain grand match. Et l’enjeu du combat est d’autant plus élevé que son rival est lié au passé de sa famille. Mais il peut compter sur Rocky Balboa à ses côtés : avec lui, il comprendra ce qui vaut la peine de se battre et découvrira qu’il n’y a rien de plus important que les valeurs familiales…

La saga touche à sa fin

Arrive Creed II , et Rocky, cette fois, a promis de livrer son dernier combat, l’ultime round du mentor qu’il est devenu. Stallone a annoncé qu’il raccrochera les gants de son personnage de légende après ça et il joue le héros au crépuscule, qui a tant vécu et traversé d’épreuves. Il a l’air apaisé, il est le coach tranquille et paternel, vieux sage d’un jeune fauve.

Michael B. Jordan n’est plus le champion en devenir. Il a son titre mondial et il prend toute la lumière. Il a gagné en épaisseur depuis le premier Creed. Et en force et en rage. Il est dans les cordes, l’héritier adoubé de la saga. Il se plie à la discipline du rôle, avec ses entraînements nerveux et éreintants, ses combats violents et superbes qui font aimer la boxe à tout le monde. La saga Rocky a le nouveau visage de Creed, Sly, l’icône du cinéma d’actions des années 80, n’est plus que l’ombre de lui-même.

Balboa apparaît comme s’il était déjà un fantôme. Autour de lui, d’autres fantômes remontent de l’ancien temps du cinéma sur pellicule. Dolph Lundgren revient de Rocky IV , 1985, dans la peau d’Ivan Drago, le Russe rustre, Drago a un fils. Un dur, un fort, un géant, un monstre. C’est lui le nouveau méchant de l’histoire : il défie dans un combat de titans, Creed, l’héritier.

C’est ainsi que s’écrira désormais la saga Rocky : sur le ring des fils. À la mémoire de leurs pères.

Durée : 2 h 10.

Stallone, le dernier round?

Sylverster Stallone a aujourd'hui 72 ans. Photo Warner Bros
Sylverster Stallone a aujourd'hui 72 ans. Photo Warner Bros

Creed 2 ? C’est le dernier round pour Sylvester Stallone, décidé à en finir avec son personnage de Rocky, ce boxeur pataud, outsider devenu champion à force de savoir autant encaisser les coups qu’en donner. Jeter les gants : y parviendra-t-il seulement un jour ? Voilà une douzaine d’années que Stallone essaye de livrer l’ultime chapitre de l’histoire créée en 1976, qui lui a apporté la gloire hollywoodienne (Oscar du meilleur film 1977).

En 2006, seize ans après un piètre cinquième volet, Sly offrait, croyait-on alors, un épilogue plein de panache à son personnage, proche de la soixantaine mais encore capable de finir un combat debout. C’était Rocky Balboa, film fort, dans les cordes d’une sublime mélancolie, à pleurer. Mais c’était sans compter sur l’attachement viscéral de la star à son personnage.

Stallone s’est laissé convaincre, sans mal, de jouer dans Creed (2015) réalisé par Ryan Coogler (Black Panther), à la fois suite et spin-off (déclinaison) de Rocky, portée par le jeune et talentueux Michael B. Jordan, révélé dans les séries The Wire et Friday Night Lights.

Nathalie CHIFFLET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?