LYON Braise-moi , un livre de recettes qui veut faire fondre les stéréotypes

Émilie Bouvier a mis trois ans à réaliser son manuel, qui comporte seize recettes salées et quatorze sucrées.  Photo E. B.
Émilie Bouvier a mis trois ans à réaliser son manuel, qui comporte seize recettes salées et quatorze sucrées. Photo E. B.

Un livre de recettes qui se lit comme un roman et qui est amusant ? C’est ce que voulait Émilie Bouvier avec son manuel de culture queer, LGBT et féministe Braise-moi , édité en juin par le mensuel gratuit Hétéroclite.

Vous prendrez bien une part de “Cake Moss” ou de “Butch de Noël” ? Des recettes drôles et toutes empruntes de références culturelles, qu’Émilie Bouvier a réunies dans son manuel de cuisine. Grandes figures historiques se mêlent aux stars des années 1990 et icônes de la pop pour donner des plats insolites.

Rencontre avec cette professeure de lettres, féministe et passionnée de cuisine.

Braise-moi , c’est un livre de cuisine pas comme les autres ?

« En fait, non, ça reste un livre de cuisine avec des recettes réalisables. Chaque recette est développée à partir de points culturels féministes, LGBT ou queer (lire pas ailleurs). Le but c’était de casser les codes traditionnels de la bonne ménagère en cuisine. »

Pourquoi avoir choisi ce titre ?

« C’est un hommage aux icônes féministes : Virginie Despentes et son roman Baise-moi et Louise Labé, la poétesse lyonnaise. Le titre est volontairement tapageur, avec lui on comprend que le livre est une autre vision des femmes en cuisine. Il y a toute une gymnastique verbale. »

Comment l’idée a germé dans votre esprit ?

« Je voulais un manuel qui regroupe mes passions : les lettres, la cuisine, et la culture queer et féministe. Avec beaucoup d’hommage à des références qui me sont chères : pour le cake polyamour, j’ai pensé à Peau d’âne et son cake d’amour, de Jacques Demy. »

Qui se cache derrière le projet ?

« Anne Bouillot, la photographe, qui a réalisé toute l’illustration du livre. Et l’équipe d’Hétéroclite, car je tiens une chronique culinaire pour ce mensuel. Ils ont d’ailleurs édité le livre. Morgan Castillo est le maquettiste du projet. »

Quelle est votre recette préférée ?

« J’ai mis trois ans à toutes les inventer, élaborer, à les goûter, les refaire si nécessaire. Ma préférée ? La “Cake Moss”, c’est un plat qui parodie les régimes féminins. Un gâteau salé très léger qui permet de rentrer dans son jean slim après les fêtes. On en partage un à six et après, on se fait vomir. »

Un livre queer, qu’est-ce que ça signifie ?

« C’est certes un manuel militant, mais il est fait pour tous. Chaque proposition de plats s’accompagne de clin d’œil à des figures marquantes des cultures homosexuelles et féministes. Avec des pastilles explicatives comme pour la recette de “Cookie dîner”, en référence au groupe de musique et à la Femme libérée mais aussi à “dink” ( double income no kids ) qui désignait les couples d’homosexuels sans enfants aux États-Unis dans les années 1980. »

Est-ce qu’on retrouve des mets vegans ou végétariens dans ce livre ?

« Il est en général plutôt végétarien, à la fois parce que cela déconstruit la gastronomie normée “il faut de la viande” et parce que je ne mange moi-même pas de viande. Je propose, par exemple, le “Burger Queen”, 100 % végétal, qui va à l’encontre du burger très protéiné et masculinisé. Je suis une adepte des fonds de frigo. Donc, c’est aussi une cuisine écolo qui fait la part belle aux herbes fraîches et aux épices. »

Ce n’est pas un stéréotype de genre, justement, de dire que les burgers protéinés sont masculins ?

« Non parce qu’on a aussi “Butch de Noël”, une bûche au whisky et aux marrons à l’opposé du gâteau aérien et gourmet d’origine. “Butch” signifiant une femme qui a toutes les apparences d’un homme. Le but est de détourner les stéréotypes attendus pour un genre. »

Braise-moi est disponible dans quelques librairies lyonnaises ( Vivement dimanche , Terre des livres , Le livre en pente ) ou sur le site www.heteroclite.org

Queer et LGBT : quèsaco ?

Le mot anglais “queer” signifie à l’origine bizarre, étrange, décalé voire tordu. Par définition, il s’agit d’une personne dont l’orientation sexuelle ne correspond pas aux modèles dominants.

LGBT signifie “Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres”.

Amandine EYMES

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?