Transport aérien Saint-Exupéry : 11 millions de passagers en 2018

128 lignes sont à présent desservies en direct de Lyon.  Photo Pierre AUGROS
128 lignes sont à présent desservies en direct de Lyon. Photo Pierre AUGROS

L'aéroport compte désormais deux fois plus de passagers qu’en 1999 et n’a cessé de grandir ces dernières années : 8,7 millions en 2015, 9,5 millions en 2016, 10,3 en 2017.

La bonne nouvelle est finalement tombée le 31 décembre. Après avoir franchi la barre des 10 millions de passagers l’an passé (10,3), l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry a passé celle des 11 millions ce lundi. « Record ! C’est une croissance de plus de 25 % qui est enregistrée sur ces trois dernières années », s’enthousiasmait un tweet diffusé en fin de matinée.

Deux fois plus de passagers en vingt ans

L’objectif était annoncé depuis longtemps pour le quatrième aéroport français. Saint-Exupéry compte désormais deux fois plus de passagers qu’en 1999 et n’a cessé de grandir ces dernières années : 8,7 millions en 2015, 9,5 millions en 2016, 10,3 en 2017.

Dans un communiqué, l’aéroport a célébré ce « record historique », qui a selon lui plusieurs tenants. Tout d’abord l’émergence de 27 nouvelles lignes, dont un long courrier avec XL Airways sur Pointe-à-Pitre. 128 lignes sont à présent desservies en direct de Lyon, dont sept long-courriers. De plus, six lignes vers des hubs majeurs ont bénéficié d’un accroissement important des fréquences hebdomadaires : Amsterdam (+5), Dubaï (+2), Moscou (+7), Francfort (+7), Istanbul (+4).

Par ailleurs, les taux de remplissage augmentent sur de nombreuses lignes. Enfin, la flotte a évolué avec des avions aux capacités plus importantes. Par exemple, easyJet a mis en place avec deux A320, qui ont 30 sièges de plus que les A319. Air France, pour ses dessertes régionales, et la TAP ont également opté pour des avions plus grands. Bien sûr, cette montée en puissance ne peut être dissociée du Terminal 1B, inauguré le 3 octobre 2017.

Régler le problème de l’attente aux contrôles

Tanguy Bertolus, le président du directoire d’Aéroports de Lyon s’est dit « fier de ce résultat » et de ses équipes, tout en remerciant ses partenaires : « C’est également la concrétisation du travail collaboratif réalisé avec les compagnies aériennes et l’ensemble des opérateurs. »

Pour grandir encore, d’autres défis sont à relever, particulièrement les temps d’attente aux contrôles aux frontières. La récente inauguration au T1 de dix systèmes Parafe (Passage automatisé rapide des frontières extérieures), puis l’installation de dix autres en février au satellite low-cost, pourraient résoudre en partie ce point.

J.-P. CAVAILLEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?