Villeurbanne L’Asvel espère sa nouvelle salle pour 2021/2022

La M Arena sera située à l’emplacement de l’actuel stade Georges-Lyvet, en bordure du périphérique à Villeurbanne et à côté de l’Astroballe. Elle pourrait ouvrir au cours de la saison 2021/2022. Illustration architectures Barillot
La M Arena sera située à l’emplacement de l’actuel stade Georges-Lyvet, en bordure du périphérique à Villeurbanne et à côté de l’Astroballe. Elle pourrait ouvrir au cours de la saison 2021/2022. Illustration architectures Barillot

Avec les difficultés du constructeur Floriot (1), l’idée avancée par Jean-Michel Aulas de bâtir une salle à Décines, le projet de salle multifonctions de l’Asvel aurait-il du plomb dans l’aile ? « Non » répondent ses promoteurs.

L’un des deux porteurs du projet, la société Floriot, en procédure collective, Jean-Michel Aulas qui réfléchit à un projet de salle multifonctions : les nouvelles peuvent sembler inquiétantes pour la M Arena, projet de construction d’une grande salle de sport multifonctions sur le site du stade Georges-Lyvet à Villeurbanne pour un coût estimé à 60M€. Pourtant, le projet continue d’avancer.

« Nous sommes prêts, nous déposerons le permis de construire dès que possible », confirme Bertrand Rudigoz, directeur de programmes chez DCB, aux manettes de ce dossier avec Métropole Arena Développement.

Pour déposer le permis de construire, le Plan local d’urbanisme et de l’habitat (PLUH) doit d’abord être modifié. « Nous avons fait les modifications nécessaires, le PLUH devrait être voté à la Métropole de Lyon avant la fin du premier semestre », précise Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne.

Les travaux pour début 2020 ?

Ces quelques mois de retard seraient imputables « à un délai supplémentaire dû au nombre très important de remarques faites dans l’enquête publique dématérialisée », confie Jean-Paul Bret. « Mais la Métropole de Lyon et la ville de Villeurbanne sont au rendez-vous de ce que nous devions faire. Quand le permis de construire sera déposé, nous serons en situation de le signer rapidement ».

Les choses devraient donc s’accélérer dans le deuxième semestre 2019. Quel que soit le devenir du constructeur Floriot ; « Selon l’issue de la procédure collective, on se réorganisera en conséquence », annonce Bertrand Rudigoz. « Le projet ne pâtit en rien de la situation actuelle, le début des travaux est toujours prévu pour début 2020. D’ici là, nous aurons bouclé le tour de table et le financement ».

L’Asvel sera-t-elle actionnaire de cette nouvelle société ? « On attend d’avoir plus d’éléments avant de nous déterminer », glisse Gaëtan Muller, le président de l’Asvel. « Mais il est toujours intéressant d’être dans une structure que nous utiliserons, après avoir porté le projet au départ ».

Car l’Asvel a besoin de cette salle pour augmenter son budget et remplir les conditions de l’Euroligue, qu’elle va intégrer à la rentrée.

D’ici là, l’exploitation de la M Arena aura sans doute été confiée à Legends et Live Nation, deux entreprises de pointe dans les domaines du sport et du divertissement.

La M Arena

Une salle multifonctions : 10 000 places pour le sport, 12 000 pour les spectacles.

Un hôtel et des bureaux: 10 000m2 sur 7 étages, situés au plus près du périphérique.

Des commerces: 980 m2 sont prévus, dans des activités ne concurrençant pas celles du Carré de Soie.

L’OL tient à sa salle

« Notre stade est un succès fantastique, mais pour élargir notre offre produits, nous avons besoin d’une salle de 15 000 places pour des concerts, des séminaires, le plus proche possible de nos activités ». Jean-Michel Aulas a rappelé au Progrès son intérêt pour un tel équipement. « On finalise les études de marché pour une infrastructure qui corresponde à nos attentes ».

Quitte à se retrouver en concurrence avec l’Asvel ? « On s’entend très bien avec Tony Parker, on a la chance d’avoir deux modèles complémentaires. Mais je pense qu’on va faire une salle, qui permette l’accueil de concerts et de manifestations. Et ce sera une réussite économique ». Affaire à suivre.

(1) Le tribunal de commerce de Lyon doit rendre le 30 janvier sa décision quant à l’offre de reprise de Floriot construction (Ain) qui a été placée en redressement judiciaire. 

François GUTTIN-LOMBARD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?