Presqu’île Après les Gilets jaunes, les commerces appellent à l’aide

Les manifestations des Gilets jaunes place Bellecour font souffrir les commerces à proximité.  Photo Maxime JEGAT
Les manifestations des Gilets jaunes place Bellecour font souffrir les commerces à proximité. Photo Maxime JEGAT

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes le 17 novembre, les commerces de la Presqu’île souffrent. La baisse du chiffre d’affaires est évaluée à plus de 15 %. Il n’y aura pas de gratuité compensatoire accordée pour le stationnement et les TCL, mais le Sytral renforcera son réseau.

Entre la baisse de fréquentation en Presqu’île (un tiers de passage en moins), un accès en ville difficile (à la demande de la préfecture, le Sytral a dû fermer plusieurs stations de métro les samedis dont Guillotière, Bellecour, Hôtel-de-Ville) et des commerçants qui baissent leur rideau à 17 heures par crainte des violences, la baisse du chiffre d’affaires des commerces en Presqu’île se situe entre 15 % et 40 %.

Pressé par les associations de commerçants qui souffrent des manifestations des Gilets jaunes depuis le 17 novembre, dont celles de la rue Auguste-Comte et de la rue Victor-Hugo, Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement, a plaidé leur cause en conseil municipal.

Lors du vote de la délibération portant sur la sécurisation des manifestations, le maire d’opposition du 2e (Les Indépendants) a réclamé exceptionnellement la gratuité du stationnement en centre-ville et celle des transports en commun pour le week-end du 22 et 23 décembre, juste avant les fêtes de Noël.

Mais pour l’édile, cette gratuité n’a de sens que si les Lyonnais en profitent : « Ces commerces sont l’âme de notre ville. Ils sont aussi une part non-négligeable de nos emplois. Il faut privilégier l’économie locale ! »

La Ville de Lyon ayant fait connaître son refus d’instaurer un stationnement gratuit, c’est en qualité de présidente du Sytral, et non d’adjointe au commerce de Lyon, que Fouziya Bouzerda propose une deuxième alternative : muscler le service des transports dès le dimanche 23 décembre (métro, bus, tramway).

Renforcer les TCL ce dimanche

« Nous avons réfléchi à la possibilité d’instaurer la gratuité, mais créer un appel d’air alors que les automobilistes ne peuvent pas se garer n’envoie pas un bon signal. Souvent, les parkings sont pleins et parfois plusieurs heures. L’objectif est de proposer un réseau efficace et qui fonctionne. Nous allons le renforcer ce dimanche », a expliqué l’intéressée. C’est dans cet état d’esprit que le Sytral lance cette semaine une campagne d’affichage qui va circuler sur les écrans du métro et du tramway dans le but d’inciter les Lyonnais à revenir faire leurs courses au sein des commerces lyonnais indépendants et de proximité.

D’autre part, Fouziya Bouzerda a reconnu que les mesures de sécurité trop lourdes et trop restrictives, mises en place sur le marché de Noël place Carnot à la suite de l’attaque de Strasbourg le 11 décembre dernier, avaient été allégées pour le bien des exposants.

« Nous espérions un geste symbolique de la Ville de Lyon, une manière de nous soutenir », déplore Kelly Ingargiola, présidente de l’association des commerçants de la rue Victor-Hugo, déjà pénalisés par les travaux de requalification. « Le commerce, c’est l’ADN de Lyon. Il faut que la Ville prenne conscience que les commerces souffrent en Presqu’île, notamment ceux qui sont proches de la place Bellecour. La clientèle s’est reportée sur internet. Nous sommes nombreux à nous questionner sur l’avenir de nos boutiques. »

Trois dimanches ouverts de plus

En marge de l’ouverture des commerces douze dimanches par an, accordée par la Ville de Lyon, la préfecture étudie la mise en place de dérogations exceptionnelles d’ouverture pour trois dimanches supplémentaires : le 30 décembre 2018 et les 6 et 13 janvier 2019.

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?