URBANISME Le Grand Hôtel-Dieu vise les 7 millions de visiteurs en vitesse de croisière

Classé monument historique, l’Hôtel-Dieu a fait l’objet d’un gigantesque chantier de réhabilitation. Il a entamé sa nouvelle vie le 27 avril.  Photo Vincent RAMET
Classé monument historique, l’Hôtel-Dieu a fait l’objet d’un gigantesque chantier de réhabilitation. Il a entamé sa nouvelle vie le 27 avril. Photo Vincent RAMET

Entré dans sa phase de reconversion active depuis le 27 avril dernier avec l’ouverture de ses premiers commerces, le site du Grand Hôtel-Dieu de Lyon connaît selon son responsable, Patrick Muller, des débuts prometteurs, alors que des locomotives, tel l’hôtel Intercontinental, sont à venir.

La date d’ouverture du nouveau « ventre de Lyon » se fait encore attendre

Les Halles accueilleront neuf enseignes.  Visuel de synthèse NUI HAlles Hôtel-Dieu
Les Halles accueilleront neuf enseignes. Visuel de synthèse NUI HAlles Hôtel-Dieu

Temps fort de cette fin d’année au cœur du Grand Hôtel-Dieu, l’ouverture des Halles n’est pas encore programmée, alors que plusieurs échéances avaient été avancées, avec dernièrement un horizon fixé autour du 12 décembre. La date de lancement dépend notamment du feu vert d’une commission de sécurité, dans un lieu soumis à des contraintes particulières, monument historique oblige.

Ce projet collectif de halles, qui a germé il y a un peu plus de trois ans dans la tête du MOF (Meilleur ouvrier de France) traiteur lyonnais Jean-Paul Pignol, réunira neuf enseignes de bouche lyonnaises, telles la fromagerie  La Mère Richard , la Maison Voisin (chocolats), la Maison Guyot (vins), la Maison Trolliet (boucherie), la Maison Pozzoli (boulangerie) ou encore la Maison Vainey (poissonnerie)…

Cette aventure collective se matérialise au niveau économique par la formation d’un GIE (Groupement d’intérêt économique). Le futur ensemble permettra de développer, sur 1 200 m² répartis sur deux étages, une nouvelle offre gastronomique au cœur de Lyon. Les nouvelles Halles, qui permettront notamment aux visiteurs de déguster les produits proposés par les commerçants présents, auraient nécessité un investissement global de 2 millions d’euros. Elles devraient générer 7 millions d’euros de chiffre d’affaires en consolidé sur la première année d’exploitation.

V.B.

3,3 millions de visiteurs depuis le top départ au 27 avril

« Sur la fréquentation du lieu, on est très content. On avait un objectif de 7 millions de visiteurs annuels une fois que tout serait ouvert. On en est à 3 300 000 visiteurs entre le 27 avril et le 10 décembre » (1). C’est par ces premières données chiffrées que Patrick Muller, responsable du Grand Hôtel-Dieu, a entamé le bilan 2018 du site, qui est entré – depuis le printemps dernier – dans sa nouvelle vie après quatre ans de travaux titanesques. Une nouvelle vie qui s’annonce animée au vu du calendrier d’ouvertures prévu sur les mois à venir. Le prochain temps fort sera constitué par le lancement des Halles (lire par ailleurs). « Nous en sommes à 100 000 visiteurs par semaine », ajoute Patrick Muller, qui table par ailleurs sur un calendrier d’animations fourni en cette période de fêtes, pour booster la fréquentation.

Quarante-cinq enseignes représentées

Avec un taux de commercialisation aujourd’hui annoncé à 90 %, la dynamique semble bel et bien enclenchée. « Il y a actuellement 45 enseignes avec celles des Halles », poursuit Patrick Muller ; des enseignes axées sur la restauration, la mode, le bien-être et la beauté ou encore le mobilier et la décoration. Resteraient encore quatre cellules, dont « deux petites », à commercialiser. « Il y a plusieurs prospects, cela peut avancer assez rapidement pour un engagement ferme », avance le responsable. Une arrivée est d’ores et déjà programmée pour le premier semestre 2019, celle d’Alexandre de Paris (coiffure).

Des locomotives à venir


Prêt à mettre « les bouchées doubles en 2019 », notamment sur le volet animations et sur la stratégie digitale, Patrick Muller pourra compter sur deux implantations de choix l’an prochain, avec l’arrivée attendue – pour juin 2019 – de l’Hôtel Intercontinental (5 étoiles), pour lequel des réservations seraient déjà enregistrées, et le lancement de la Cité de la Gastronomie, en lien notamment avec la Métropole, et qui pourrait intervenir durant l’été prochain. Des échéances de taille.

(1) Le comptage est notamment réalisé par le biais de capteurs et caméras 3D.

 

95 % des espaces dévolus aux entreprises sont commercialisés

Le Grand Hôtel-Dieu accueille également des entreprises.  Photo Vincent RAMET
Le Grand Hôtel-Dieu accueille également des entreprises. Photo Vincent RAMET

Outre l’accueil de boutiques ou encore de restaurants, le Grand Hôtel-Dieu développe un autre axe, au travers de la commercialisation de bureaux à destination d’entreprises.

« Quatorze entreprises sont actuellement présentes », souligne Patrick Muller, responsable du site du Grand Hôtel-Dieu, « 95 % de l’offre est aujourd’hui commercialisée ». Ce qui représenterait une surface occupée de 16 600 m2.

L’espace de coworking Nexdoor, la société de gestion Mérieux Equity Partners, filiale de Mérieux Développement et de l’Institut Mérieux, ou encore le cabinet lyonnais de conseil et d’audit PwC font partie des sociétés qui ont choisi d’implanter leurs bureaux au Grand Hôtel-Dieu. Restent désormais, selon Patrick Muller « deux petits plateaux à commercialiser, de 200 m2 chacun » pour faire le plein.

Valérie BRUNO

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?