ENVIRONNEMENT Au 42 avenue Jean-Jaurès, sous le bitume, les fleurs…

Alexis Stremsdoerger jardine chaque semaine dans les plates-bandes des arbres situés devant le 42 avenue Jean-Jaurès.  Photo Tatiana VAZQUEZ
Alexis Stremsdoerger jardine chaque semaine dans les plates-bandes des arbres situés devant le 42 avenue Jean-Jaurès. Photo Tatiana VAZQUEZ

Il y a presque cinq ans, un habitant du 42 avenue Jean-Jaurès, dans le 7e arrondissement, entreprenait de planter des fleurs dans les plates-bandes des arbres qui longent le trottoir. Les Petits jardins du 42, comme on les appelle, restent toujours un rendez-vous pour les habitants de l’immeuble.

Cela se passe en marge de la Marche pour le climat. Sur le trottoir exactement qui borde l’avenue Jean-Jaurès (Lyon 7e). Certains manifestants sortent du rang, attirés par un étrange manège qui se déroule juste devant le numéro 42.

Certains même pensent qu’il s’agit d’un happening en lien avec le mouvement écolo et trouvent ça «bien». En découvrant qu’il n’en est rien et que ce qui se passe au pied des arbres de la ville relève de la pure scène de vie ordinaire, ils l’élèvent au rang de «fantastique». Et c’est vrai que l’image de cette jeune femme qui fait pousser des fleurs sous le bitume, un jour de Marche pour le climat, est porteuse de symboles.

« La ville plus belle, plus humaine »

À l’initiative d’un habitant de l’immeuble du 42 avenue Jean-Jaurès, les plates-bandes des arbres prennent vie depuis plusieurs années. Ici, ni déchet, ni crotte de chien. La terre n’est pas sèche. Elle est meuble et fertile. Regorge de plantations de saison. « Ça m’a pris le jour où le Front national est arrivé au second tour, lors d’élections européennes. Je suis sorti de chez moi et j’ai eu envie de mettre des fleurs », raconte Alexis Stremsdoerger. C’était en mai 2014 : le parti de Marine Le Pen s’était retrouvé en tête du scrutin devant l’UMP, le PS et les écologistes. Et sa réponse, c’était de « mettre du beau, autour » de lui.

Quatre arbres sont réquisitionnés. De la terre est acheminée. Des plantations achetées. Toute la copropriété s’y met et le projet est baptisé les Petits jardins du 42. « Cela nous fait la ville plus belle, plus humaine. Cela a créé du lien entre nous », témoigne celle qui est devenue la compagne d’Alexis. Ils habitaient à quelques étages d’intervalle : ce projet a fini de les rapprocher.

Chaque semaine, depuis presque cinq ans, ils sont une poignée et se retrouvent ainsi autour des arbres pour jardiner. Le rendez-vous résiste à tout. Au déménagement. Et même aux actes de vandalisme. Mieux il a essaimé puisqu’à quelques pâtés de maison, avenue Jean-Jaurès, des dames ont entrepris de planter à leur tour des fleurs devant chez elles.

Le vert reprend ses droits dans la ville

Dans le 6e arrondissement de Lyon, des habitants de la rue Fournet ont lancé leurs micro-implantations florales (MIF) : des bouts de trottoir ont été découpés et la ville de Lyon leur a fourni la terre et les plantes. « L’idée est de libérer l’âme de jardinier des citadins de la rue et au-delà », expliquait l’un des habitants, au Progrès , au moment des premières plantations, au printemps 2018. Ailleurs, dans le même arrondissement, à l’initiative du conseil de quartier “Cœur de quartier Brotteaux”, habitants et élus ont participé en mai dernier à des plantations au pied des six arbres de la place Deroudille. L’an dernier, à La Croix-Rousse, l’expérience “Jardinons ensemble” était lancée : les jardiniers de la ville, accompagnés d’habitants, installaient plantes vivaces et aromatiques dans une vingtaine de bacs à fleurs disposés le long de la Grande-rue de La Croix-Rousse et de la rue Dumont-d’Urville.

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?