Urbanisme Une rue du 8e arrondissement baptisée lieutenant-colonel Arnaud-Beltrame

C’est dans ce quartier en mutation, proche de la rue de Montagny, à l’Est de la Route de Vienne, et à l’angle de la rue des Jasmins, que la nouvelle voie Arnaud-Beltrame va être créée. Photo Evelyne GIUDICE
C’est dans ce quartier en mutation, proche de la rue de Montagny, à l’Est de la Route de Vienne, et à l’angle de la rue des Jasmins, que la nouvelle voie Arnaud-Beltrame va être créée. Photo Evelyne GIUDICE
Arnaud Beltrame s'est sacrifié le 23 mars 2018. Photo d'archives AFP
Arnaud Beltrame s'est sacrifié le 23 mars 2018. Photo d'archives AFP
C’est dans ce quartier en mutation, proche de la rue de Montagny, à l’Est de la Route de Vienne, et à l’angle de la rue des Jasmins, que la nouvelle voie Arnaud-Beltrame va être créée. Photo Evelyne GIUDICE Arnaud Beltrame s'est sacrifié le 23 mars 2018. Photo d'archives AFP

Lors du conseil d’arrondissement, les élus du 8e ont approuvé cinq nouveaux noms de rues, dont celui du gendarme victime du terrorisme, Arnaud Beltrame.

Lorsque le premier adjoint du 8e, Christophe Cohade a soumis, avec émotion, la première dénomination de rue, un lourd silence tel une chappe de plomb s’est abattu sur l’assistance du conseil d’arrondissement.

Pour la première fois, une nouvelle voie à l’Est de la route de Vienne, qui relie la rue Audibert-Lavirotte à la future rue Miriam-Makeba, sera dénommée “Rue lieutenant-colonel Arnaud-Beltrame”.

Nous nous associons modestement à l’émotion nationale suscitée par l’acte de bravoure

Christophe Cohade, premier adjoint

Ce gendarme, dont la vie a été abrégée à 44 ans, victime du terrorisme et selon l’élu « victime d’un acte barbare, fruit d’une idéologie obscurantiste, qui nie les fondements de la civilisation humaine et les valeurs de respect de la vie. »

Le 23 mars 2018 à Trèbes, Arnaud Beltrame s’est substitué à une employée innocente, otage d’un terroriste, qui avait déjà abattu froidement trois personnes et blessé plusieurs autres.

« Accepter de mourir pour que vivent des innocents, telle est la leçon que nous a léguée Arnaud Beltrame. En sauvant une vie innocente, et en donnant la sienne, Arnaud Beltrame a conjuré une tendance à l’indifférence et au renoncement, qui parfois menace. Nous nous associons modestement à l’émotion nationale suscitée par l’acte de bravoure, en imprimant un symbole fort d’engagement pour les valeurs de liberté et de fraternité sur notre territoire », a conclu Christophe Cohade.

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?