Humour Julien Santini promet une Zlatan humoristique

"Julien Santini s’amuse" et passe en revue les épisodes difficiles de sa vie.  Photo DR
"Julien Santini s’amuse" et passe en revue les épisodes difficiles de sa vie. Photo DR

Julien Santini est de retour à l’espace Gerson avec le spectacle qui l’a révélé à un public qui ne cesse de croître, “Julien Santini s’amuse”. Nous aussi !

« J’aimerais être capable, dans le spectacle humoristique, de faire des choses aussi géniales que Zlatan Ibrahimovic en produit sur un terrain de foot. » C’est ce que nous a confié Julien Santini, avec un sourire qui démentait l’arrogance du propos. L’humoriste sait que la prétention est vaine si elle ne s’accompagne d’une exigence, d’un immense travail et de la conscience de ses lacunes.

Naïveté et autodérision

D’ailleurs, sa maladresse, sa naïveté, sa difficulté à trouver sa place, il les utilise dans son spectacle, “Julien Santini s’amuse”. Un one-man-show où il se penche sur un cas qu’il ne connaît que trop bien, le sien. Avec un sens de l’autodérision qui confirme sa passion pour Woody Allen, il passe en revue les épisodes difficiles, mais d’une irrésistible drôlerie, de sa vie.

Comment il fut chassé de la fonction publique après avoir voulu séduire une collègue dépressive en interprétant le personnage de Bibou le pervers, la terreur des ascenseurs isolés… Comment il eut un trou de mémoire lors d’une représentation de Molière (viré de la troupe)… Comment sa fiancée le quitta après qu’il l’eut emmenée dans une boîte de strip-tease… Combien furent dérisoires ses contacts avec les directeurs de grands théâtres lyonnais…

Il a conservé l’ossature de ce spectacle qui l’a révélé d’abord au public de l’Espace Gerson (café-théâtre à qui, selon ses mots, il doit tout), ensuite à de nombreux spectateurs venus l’applaudir en France, en Belgique, en Suisse…

Jouer des décennies

“Julien Santini s’amuse”, je veux le jouer pendant des décennies. Je l’ai déjà joué plus de 150 fois. Mais je ne tiens pas à le décliner avec des numéros (“Julien Santini s’amuse 1, 2, 3,.."). C’est un cadre dans lequel, je me sens libre. Je peux y intégrer des éléments tirés de l’actualité comme les Gilets jaunes, l’histoire de Mamoudou Gassama qui a sauvé un bébé en escaladant une façade ou celle du jeune Américain venu évangéliser l’île de North Sentinel qui a été criblé de flèches. J’aime ces moments où le tragique rejoint le comique. Je ne m’interdis rien mais je ne m’impose rien. Mais attention, je tiens à garder la rigueur que m’a imposée mon metteur en scène, Dominic Palandri. La scène, le respect du public, c’est sacré ! »

"Julien Santini s’amuse", ce samedi 8 décembre et du mercredi 12 au samedi 15 décembre à l’Espace Gerson, tarifs de 11 à 16 €. Plus d’infos : www.espacegerson.com

Nicolas BLONDEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?