PATRIMOINE Rivoire & Carret, une page marquante de l’histoire de l’industrie alimentaire

Vues de l’ancienne fabrique de pâtes Rivoire & Carret.  Photo Joël PHILIPPON
Vues de l’ancienne fabrique de pâtes Rivoire & Carret. Photo Joël PHILIPPON
Vues de l’ancienne fabrique de pâtes Rivoire & Carret rue Joannes-Carret à Lyon 9 e.  La Maison Rivoire & Carret avait été sacrée plus belle usine de France en 1930.  Photo Joël PHILIPPON
Vues de l’ancienne fabrique de pâtes Rivoire & Carret rue Joannes-Carret à Lyon 9 e. La Maison Rivoire & Carret avait été sacrée plus belle usine de France en 1930. Photo Joël PHILIPPON
Vues de l’ancienne fabrique de pâtes Rivoire & Carret.  Photo Joël PHILIPPON Vues de l’ancienne fabrique de pâtes Rivoire & Carret rue Joannes-Carret à Lyon 9 e.  La Maison Rivoire & Carret avait été sacrée plus belle usine de France en 1930.  Photo Joël PHILIPPON

Ce dimanche, retrouvez l’histoire d’un lieu oublié, insolite ou méconnu. Aujourd’hui, l’ancienne usine de pâtes Rivoire & Carret, à Vaise.

En bord de Saône, entre la rue Joannès-Carret, la rue des Mûriers et le quai Paul-Sédaillan, se dresse la villa Créatis, site associant les activités commerciales et celles liées aux nouvelles technologies, à la communication, à la créativité… Qui parcourt la rue Joannès-Carret, justement, entre le 54 et le 56, ne peut que remarquer le nom qui occupe l’une des façades : Rivoire et Carret.

En fait, l’aventure à la fois alimentaire, commerciale et familiale commence en 1860, toujours à Lyon mais sur le cours Lafayette où le Sieur Jean-Marie Carret et son cousin Claudius Rivoire fondent la première usine de fabrication de pâtes à base de semoule de blé dur. Avec une autre innovation complémentaire : les pâtes sont présentées sous un emballage indiquant leur marque et un poids garanti. Avec les pâtes de la Société Rivoire & Carret, l’industrie alimentaire vient de gagner un solide atout. Problème toutefois en 1908, quand un incendie détruit la fabrique. Le fils Carret, Joannès, prend les choses en main et se lance dans la construction d’une nouvelle et grande usine, justement à Vaise, en bord de Saône, en liaison avec l’architecte Augustin Pouzet, un autre membre de la famille.

L’usine ouvre en 1910, le blé arrive par la Saône, gare d’eau de Vaise, à proximité de l’usine, avec pesage des semoules sur le pont-bascule situé dans la cour et le départ des produits finis s’effectue par voie ferrée, avec raccordement ferroviaire à la gare de Vaise. C’est là qu’est mise au point, en 1922, la “carette”, première presse mécanique à macaroni. La réussite est au rendez-vous, les productions explosent et la famille conserve la majorité du capital jusqu’en 1971, avant diverses fusions avec des collègues comme Lustucru, puis Panzani.

Mais la firme a quitté Lyon pour Marseille et le sud de la France, et la marque Rivoire & Carret disparaît en 2000, avant de réapparaître en 2012, affichant volontiers son credo : « 100 % blés de France ».

Quant au site lyonnais, il verra se succéder les nouvelles activités, du Marché commun du meuble à l’association Emmaüs, avant que n’arrive la villa Créatis.

G.C

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?