THEATRE Zabou Breitman: « Je ne suis pas très people »

Zabou Breitman : « Il n’y a qu’en France qu’on s’étonne du mélange des genres. Moi je fréquente toutes les chapelles. »   Photo DR
Zabou Breitman : « Il n’y a qu’en France qu’on s’étonne du mélange des genres. Moi je fréquente toutes les chapelles. » Photo DR

La comédienne et réalisatrice met en scène la folie dans un spectacle au titre bizarre La Logiquimperturbabledufou , qui a fait un tabac au Off d’Avignon et qui est présenté au Théâtre de la Renaissance à Oullins.

Zabou Breitman fait ses débuts sur les planches en 1987, au TNP de Villeurbanne où elle joue Angélique dans George Dandin de Molière, mis en scène par Roger Planchon. À l’écran, en 1965, elle n’a que 6 ans lorsqu’elle joue dans un épisode de la série Thierry La Fronde. Sa mère, comédienne dans cette série populaire, et son père, qui en écrivait le scénario, ne sont pas étrangers au parcours atypique de cette enfant de la balle qui partage avec Dominique Strauss-Kahn un arrière-grand-père psychiatre-psychanalyste.

Au cinéma et au théâtre, entre comédies et tragédies, cette actrice, réalisatrice et metteure en scène n’obéit qu’à son instinct, dicté par une grande curiosité. Elle a même signé la production d’une œuvre de Mozart à l’Opéra-Bastille. « Il n’y a qu’en France qu’on s’étonne du mélange des genres, regrette l’interprète de la chanson Adélaïde. Je fréquente toutes les chapelles. À l’école j’étais copine avec les premiers comme avec les derniers de la classe. » Mais, un artiste qu’on ne peut mettre dans des cases inquiète la profession. « Plus encore lorsqu’on est une femme », avoue l’héroïne de La Crise et de Cuisine et dépendances , les deux films qui l’ont révélée au grand public. Auréolée de deux Molière et de deux César, Zabou Breitman se tient à l’écart des trompettes de la renommée. « Je ne suis pas très people, avoue-t-elle. Je me sens parfois décalée. Mais cela me va très bien. »

Toujours là où on ne l’attend pas, cette comédienne engagée dans la lutte contre le sexisme met la dernière main à un film d’animation pour adultes avant de relever d’autres défis. Dans les prochaines semaines, un conte musical à l’Opéra de Montpellier, le tournage d’un téléfilm pour France 2 et une pièce au CDN d’Amiens où elle est artiste associée, attendent la présidente de la commission “expériences numériques” du CNC (Centre national cinématographique). Dans un registre plus léger, elle se projette déjà en septembre 2019 au Théâtre de la Porte Saint-Martin où elle signera La Dame de chez Maxim de Feydeau. Cette pièce complètement loufoque de Feydeau pièce fait écho à La Logiquimperturbabledufou à l’affiche de la Renaissance à Oullins. Oui, toujours là où on ne l’attend pas.

Portes ouvertes à l’asile Breitman !

Présenté en 2017 au festival Off d’Avignon, La Logiquimperturbabledufou reprend du service pour une nouvelle tournée qui s’achèvera après une centaine de représentations. Librement inspiré de Tchekhov, de Shakespeare ou de l’humoriste suisse Zouc, ce spectacle disjoncté nous ouvre les portes d’un hôpital psychiatrique où quatre personnages se retrouvent tantôt patients, tantôt médecins. Dans cet asile, ils dansent, chantent et font des acrobaties pour alléger le

Du 29 novembre au 1er décembre, Théâtre la Renaissance, 7 rue Orsel (Oullins) Tarifs : 5 à 24 €. Tél. 04.72.39.74.91.

Antonio MAFRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?