Lyon Marionnettes à Gadagne: dans l’envers du décor

Les visiteurs de passage pourront manipuler des marionnettes, dans un espace dédié.  Photo Joël PHILIPPON
Les visiteurs de passage pourront manipuler des marionnettes, dans un espace dédié. Photo Joël PHILIPPON

La marionnette est un art. Sa présentation aussi. Gadagne inaugure une nouvelle expérience de visite avec son musée des Arts de la Marionnette. Tonnerre d’applaudissements. Voici pourquoi.

Hier et aujourd’hui

Le musée des Arts de la Marionnette inaugure un nouveau cheminement sur dix salles. Son premier intérêt est de s’intéresser au passé et au présent. Certaines figurines sont anciennes ou d’origine lointaine : il suffit de toucher un écran pour en savoir davantage (informations et photos apparaissaient). Guignol paraît presque jeune avec ses 200 ans. « C’est un trésor qui a toute sa place, il accompagne tout le parcours », souligne Brigitte Sanvoisin, chargée des collections. Avec une figure créée par Laurent Mourguet, lui-même, jusqu’à une mouture de la compagnie MA (qui gère actuellement le Théâtre Guignol de Lyon). Dans les vitrines protégées par des fils ou des tulles, on croise aussi le Rocroa du Bébête Show, le PPD des Guignols de l’info. Mais aussi la caricature de Bachar El-Assad. Pour élever le rire contre les armes, Rafat Alzakout avait bâti un spectacle itinérant en Syrie. Il est aujourd’hui en exil en Allemagne.

De l’audiovisuel

L’artiste syrien explique sa démarche dans une courte vidéo. C’est aussi l’atout de la scénographie signée Le Muséophone. Au gré de la déambulation, on voit les marionnettes en mouvement, avec des extraits de spectacles, des interviews de spécialistes, et des artistes qui livrent des astuces pour les manipuler. On retrouve sur ces tutoriels Emma Utgès de la compagnie MA, avec une marionnette à gaine (et on comprend pourquoi il faut constamment garder les bras en l’air), Jean Sclavis (Cie Émilie Valantin) avec une marionnette à tringle et Sylvie Osman (Cie Arketal) avec une marionnette portée. « On a voulu montrer l’envers du décor, mettre plus de vie et d’interactivité », indique Xavier de la Selle, le directeur.

On manipule et on joue

Un espace permet de mimer ses émotions et de les faire deviner. Un autre de palper des matériaux et des ébauches de moulages. Puis de manipuler les personnages (dont Guignol), d’imaginer et s’amuser. « On se rend compte que la marionnette, c’est un art. C’est le mouvement qui le fait vivre », résume Brigitte Sanvoisin. Plusieurs marionnettes sont à disposition, des petites et des grandes, pour les enfants et les parents. Ainsi qu’un castelet, lui aussi pour petits et grand, qui permet de s’entraîner, en famille, entre amis. Il faut juste se lancer…

Un week-end gratuit et un nouveau café

Venez découvrir gratuitement les nouvelles installations du musée des Arts de la Marionnette. Il organise des portes ouvertes gratuites, samedi 24 et dimanche 25 novembre. Des médiateurs vous initieront à la manipulation et des artistes dévoileront leur travail.

Cerise sur le gâteau : au dernier étage, le Café Gadagne a rouvert après travaux avec une décoration colorée plus chaleureuse et une nouvelle équipe en cuisine : celle du MoMa (restaurant de la rue Chavanne à Lyon). Avec notamment un brunch le samedi et le dimanche (27 €) et une formule entrée + plat + dessert à 18,50 €, en semaine. Ouvert du mercredi au dimanche de 10 h 30 à 18 heures.

Pratique Musée des Arts de la Marionnette, entrée gratuite, samedi 24 et dimanche 25 novembre de 10 h 30 à 18 h 30, 1 place du Petit Collège, Lyon 5e.

> Site : www.gadagne.musees.lyon.fr

Isabelle BRIONE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?