Urbanisme Rue de la République: la vraie fausse voie piétonne

Même la portion allant de la rue Joseph-Serlin à la rue Grenette est administrativement classée en rue “piétonne”. On aperçoit, dans le fond, la foule, à pied, côté sud, au niveau du Grand Bazar, un samedi après-midi.  Photo Sophie MAJOU
Même la portion allant de la rue Joseph-Serlin à la rue Grenette est administrativement classée en rue “piétonne”. On aperçoit, dans le fond, la foule, à pied, côté sud, au niveau du Grand Bazar, un samedi après-midi. Photo Sophie MAJOU

Incroyable mais vrai, la grande artère lyonnaise est piétonne de part en part, même entre la Bourse et l’opéra, avec des véhicules censés rouler « à l’allure du pas ».

Priorité aux piétons

Avec ses hauts trottoirs encadrant la chaussée centrale, elle ressemble à s’y méprendre à une rue routière classique. Et pourtant ! Depuis 1975, la rue de la République est bel et bien piétonne, y compris dans sa partie entre Grenette et Joseph-Serlin. Tel en a décidé le maire de Lyon, dont le dernier arrêté date d’avril 2011. Conséquence : les piétons y sont rois. Ils ont donc, sur le papier, la priorité sur toute la rue de la République. Un volontaire ?

Pas de passages cloutés

Qui dit « aire piétonne », dit absence de passages cloutés. Logique. Reste qu’ici, le piéton qui doit attendre qu’aucun véhicule ne passe pour s’engager sur la chaussée, est fortement pénalisé. Sans parler de la situation des personnes à mobilité réduite dont la traversée de la rue se transforme en double-peine, car elles ne sont jamais tranquilles. 

Ceux qui ont le droit de rouler…

La circulation des véhicules y est tout de même limitée. Le matin, de 6 heures à 11h30, seuls les artisans et livreurs qui travaillent dans la rue, peuvent emprunter cet axe. Les riverains et ceux qui ont un garage dans la zone peuvent y rouler. On y voit aussi les taxis et les bus.

…sont censés rouler « au pas » !

Dans les « aires piétonnes », les véhicules admis à rouler doivent toutefois le faire « à l’allure du pas ». Une vie au ralenti alors qu’elle serait plutôt en accéléré rue de la Ré où certains frôlent parfois les 40 km/h. La suppression de l’ancien arrêt TCL “Bât d’Argent’’ a sans doute contribué à une accélération de la vitesse des trolleybus. Mais, au fait, c’est quoi, “le pas” ? Le code de la route ne le définit pas. Les autorités tiennent compte d’une vitesse de 3,6 km/h lorsqu’il s’agit d’évaluer la durée d’un feu, pour modéliser la traversée des piétons, même si la vitesse de la marche d’un jeune enfant ou d’une personne âgée, se situe, elle, entre 1 et 3 km/h. Pourtant, l’arrêté du maire a prévu une vitesse de « 30 km/h » sur la voie. Pas très réglo.

Contactée à ce sujet, la Ville juge l’arrêté « daté » et se retranche derrière une « dérogation à l’allure au pas pour les transports en commun ». Quel est donc ce texte dérogatoire ? La Ville n’a pas répondu. Mais si les transports en commun peuvent déroger à cette allure de sénateur, selon la mairie centrale, tous les autres véhicules sont, eux, censés rouler… au pas ! Ce qui n’est pas le cas. En cas d’accident, la Ville pourrait se retrouver dans une drôle de position. « La Ville et la Métropole travaillent à une nouvelle réglementation afin de clarifier la situation une fois le projet Cœur Presqu’île achevé », annonce son service communication.

  

250

C’est le nombre de PV délivrés par la police depuis 1er janvier, dont 200 pour infractions aux règles de stationnement et 50 pour infraction aux règles de circulation.

« Des plateaux surélevés »

L’association Les Droits du Piéton réclame la pose de plateaux surélevés sur la chaussée au niveau des intersections. « Cela permettrait de modérer la vitesse sur la rue de la République, constituerait des endroits préférentiels de traversée pour les personnes les plus vulnérables et signalerait aux véhicules entrant par les perpendiculaires qu’ils doivent continuer tout droit. »

Sophie MAJOU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?