Scolarité Ces enfants qui mangent très (trop ?) tard à l’école

Le self, ici dans une école publique lyonnaise du 3e arrondissement, permet de restaurer davantage d’enfants qu’un service à table.  Photo d’archives Stéphane GUIOCHON
Le self, ici dans une école publique lyonnaise du 3e arrondissement, permet de restaurer davantage d’enfants qu’un service à table. Photo d’archives Stéphane GUIOCHON

Se mettre à table à… 13h15, 13h20 voire 13h30, peut se révéler ardu pour les petits estomacs sur pattes que sont des enfants en pleine croissance. La Ville de Lyon promet de corriger le tir.

« Trop d’enfants arrivent à l’école le ventre vide ! » dénoncent régulièrement les observateurs du monde scolaire. Mais à Lyon, c’est parfois la double peine, car dans certaines écoles publiques, des écoliers devront attendre 13h20 voire 13h30 pour se mettre à table. Déjeuner à l’heure espagnole, quand on est arrivé, au plus tôt à 7h50 à la garderie du matin (sans collation à 10 heures, disparue depuis belle lurette) peut se révéler douloureux pour les petits estomacs sur pattes que sont les enfants en pleine croissance.

« L’objectif est de faire déjeuner les maternelles au plus tard à 12h45 et les élémentaires aux alentours de 13 heures, voire 13h15 »

Alors, combien d’écoliers sont-ils concernés ? En cette rentrée, « le problème se pose dans douze maternelles sur 51, où certains estiment que les enfants déjeunent un peu tard », expose Guy Corazzol, adjoint à l’Éducation. Tard, comment ? « Le premier service est à midi, et le second à 13h15 ». En élémentaire, dans « quinze selfs sur 64 », les services les plus tardifs débutent « à 13h20, 13h25 et plus exceptionnellement à 13h30 ».

Des services parfois distincts, les uns des autres, de… dix minutes. Pourquoi une telle situation ? La matinée travaillée du mercredi matin n’ayant plus cours en cette rentrée, la Ville a souhaité rallonger d’une demi-heure les matinées des autres jours, la période étant considérée comme plus propice aux apprentissages. Résultat : alors que les premiers enfants se rendaient à la cantine dès 11h30 l’an dernier, ils n’y arrivent plus qu’à midi aujourd’hui. Les ordres de passages suivants en sont décalés d’autant.

MJC, maisons de l’Enfance… à la rescousse pour désengorger des cantines

L’objectif, désormais, pour les maternelles est de commencer « un deuxième service à 12h30, et au plus tard 12h45 », annonce l’adjoint. Pour les élémentaires, c’est d’avoir « un dernier passage aux alentours de 13 heures voire 13h15 ». « On va également regarder si l’on ne peut pas faire déjeuner des enfants dans des MJC ou des maisons de l’Enfance disposant de tout le matériel nécessaire, situées à proximité des écoles, pour désengorger quelques restaurants scolaires », envisage encore Guy Corazzol. Avec une note positive, car grâce à « une optimisation des places autour des tables, on a déjà permis d’améliorer la situation depuis la rentrée ».

« Un enfant qui a fait un vrai petit-déjeuner peut tenir six heures »

Mais les enfants ne mangent-ils pas trop vite, du coup, pour laisser la place aux suivants ? « Les classes arrivent parfois toutes les dix minutes, mais cela ne signifie pas pour autant que l’enfant n’a que dix minutes pour manger ! », répond l’adjoint. « Le ministère de l’Éducation nationale estime qu’un enfant qui a fait un vrai petit-déjeuner peut tenir six heures entre deux repas », observait le maire de Lyon dans nos colonnes, début septembre, avant de souligner que « personne n’est hypoglycémique à midi, ni à 13 heures, au point de ressentir une faim douloureuse. On ne mettrait pas la vie des enfants en danger ! Mais, s’il apparaît que ça génère trop d’inconfort, on s’adaptera ».

Sophie MAJOU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?