Santé Reprise d’activité sportive : quelques conseils

Avec une inscription en salle, il vaut mieux privilégier les cours collectifs. Photo d’archives Fabien HISBACQ
Avec une inscription en salle, il vaut mieux privilégier les cours collectifs. Photo d’archives Fabien HISBACQ

Les conseils du Dr Winter, médecin du sport aux Hospices civils de Lyon pour éviter les blessures.

Les apéros tapenade/rosé ont laissé des traces et cette fois-ci, c’est sûr, vous allez vous remettre au sport ! « Il faut évidemment encourager les gens à pratiquer une activité physique mais pas n’importe comment. Quand on a arrêté depuis quelques années, il faut s’y remettre progressivement », explique le Dr Sandra Winter, chef du service de médecine du sport à l’hôpital Edouard-Herriot.

Pas d’activité violente

Il faut privilégier les activités peu intenses. Pas de “cross-fit” – basé sur des mouvements rapides utilisant des poids – pourvoyeur de tendinites et d’entorses… « Il y a souvent une sur-utilisation du corps avec des charges importantes qui ne sont pas adaptées », précise le Dr Winter.

Les bons gestes avant, pendant et après

La séance ne se limite pas à la seule pratique du sport. Elle doit comprendre : un échauffement avant, une hydratation suffisante pendant (prévention des tendinites) et une phase de retour au calme.

Un coach pour 15 maxi

L’important est d’être bien encadré par un coach qui « corrige, repositionne, donne des conseils. Ce n’est donc pas juste quelqu’un sur une estrade. L’idéal c’est un coach pour 10-15 personnes maximum », précise Sandra Winter.

Salles : préférer les cours

Si vous vous inscrivez dans une salle, mieux vaut préférer les cours collectifs à l’utilisation des appareils de musculation. « La musculation est un sport à part entière qui doit être encadré », souligne le Dr  Winter. Outre la mauvaise utilisation des appareils, le risque est de renforcer un type de muscle en oubliant de travailler son antagoniste pour respecter un bon équilibre.

Les risques du low-cost

Reprendre le sport dans une salle low-cost n’est pas forcément une bonne idée car se retrouver seul face à un écran de télé, c’est risquer de mal réaliser les mouvements. « Un miroir ne suffit pas pour quelqu’un qui ne connaît pas bien son corps. Et une seule fois suffit pour se faire mal », explique le médecin. Le novice peut être conseillé par des utilisateurs chevronnés « qui ne seront pas forcément de bons conseils », prévient le Dr  Winter. Notamment en matière d’alimentation.

« Nous sommes préoccupés par la vente dans ces lieux de compléments alimentaires et de produits protéinés. Quand on pratique une activité physique, on n’a pas besoin de compléments. » Le médecin estime que les salles low-cost « ne sont pas dans le concept de reprise d’une activité physique ». « C’est pratique, ce n’est pas loin de chez soi ou du travail et pas cher… Après un mois ou deux, les gens n’y vont plus. Et on voit même des gens qui ont été dégoûtés par l’activité physique avec ces pratiques ! »

Sylvie MONTARON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?