Ecole Cantine : des maternelles du public mangeront à l’école privée

Des cantines surchargées : établissement public et privé se sont concertés pour trouver une solution. Photo archives  LE PROGRÈS
Des cantines surchargées : établissement public et privé se sont concertés pour trouver une solution. Photo archives LE PROGRÈS

A partir de novembre, 35 élèves de maternelle du public pourront aller manger dans la cantine d’un établissement privé de la Croix-Rousse. Explications.

Compliquée : telle est la situation de la cantine pour les enfants de maternelle du Commandant-Arnaud et des Petits-Canuts. Les deux établissements sont saturés. Même si en ce début d’année, ils parviennent encore à accueillir tout le monde, il était urgent de trouver une solution.

C’est finalement du privé que cette solution est arrivée. Lors du conseil d’arrondissement de mardi, Sylvie Palomino, adjointe au maire du 4e  en charge de la Famille et de l’Éducation, a expliqué le projet à l’occasion d’une délibération. « Il y avait une vraie volonté des parents d’élèves, notamment des Petits-Canuts de trouver une solution afin que les enfants mangent à proximité de leur établissement… et Saint-Denis était une solution. Nous avons travaillé en concertation avec l’Organisme de gestion de l’enseignement catholique (Ogec) de Saint-Denis et 30 à 35 enfants peuvent être accueillis dès novembre. Et la chance que nous avons, c’est que c’est le même prestataire qui fournit les repas aux trois entités. »

Les mêmes menus pour tous

Du coup, pas de souci de menus ! « C’est aujourd’hui un besoin crucial surtout pour Les Petits-Canuts, sachant que si le besoin se fait sentir, les élèves de Commandant-Arnaud pourront également s’y rendre. À noter enfin que les enfants sont encadrés par du personnel de la Ville de Lyon ».

L’élue d’opposition, Marie Guyon a applaudi des deux mains cette initiative de partenariat public-privé, dans l’intérêt des enfants. Elle s’est toutefois interrogée sur le début de l’opération prévu pour novembre.

« En fait, les cantines ne sont pas saturées en début d’année, explique le maire d’arrondissement, David Kimelfeld. On constate une augmentation des demandes souvent à partir de novembre… De plus, il y a peu de chance que nous dépassions les 35 élèves, car nous avons pensé au plus large. »

Lancement de l’opération, donc, en novembre…

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?