Travaux Parc de la Tête d’Or : la facture grimpe déjà pour la forêt d’Asie

Le futur espace boisé de la Forêt d’Asie : ouverture au printemps 2020. Photo d'illustration Projet BASE paysagistes
Le futur espace boisé de la Forêt d’Asie : ouverture au printemps 2020. Photo d'illustration Projet BASE paysagistes

Prévu pour ouvrir au printemps 2020, ce nouvel espace du zoo coûte déjà près d’un million d’euros de plus qu’annoncé en 2017.

Ça grimpe déjà aux arbres dans la future Forêt d’Asie : 3,2 millions d’euros début 2017, puis 3,6 millions à la fin de la même année, et 4,2 millions aujourd’hui. Cette dernière somme apparaît dans la délibération qui sera présentée au prochain conseil municipal, le 24 septembre.

Le projet vise à transformer l’ancien enclos des éléphants en un espace de 4 000 mètres carrés dédiés à des espèces menacées venues d’Asie. Les travaux sont prévus à partir du 2e trimestre 2019 pour s’achever au printemps 2020. Un projet innovant qui s’inscrit dans la lignée de la Plaine africaine, réalisée en 2007.

Vingt-cinq espèces animales asiatiques

L’objectif est de « recréer l’imaginaire des Forêts d’Asie en proposant des écosystèmes mimétiques permettant aux visiteurs de se laisser transporter dans ce lieu de cohabitation ».

Tout un programme immersif conçu autour de quatre thèmes : l’observation, la pédagogie, la sensation et l’amusement. Une volière, par exemple, sera pensée “comme une expérience d’aventure en forêt” : 25 espèces animales asiatiques seront en proximité immédiate des visiteurs.

Les études ont conduit à conserver l’ancienne éléphanterie, « pour des raisons économiques et de qualités architecturales » peut-on lire dans la délibération. Ce bâtiment, immergé dans la végétation, sera restructuré pour loger des occupants dans un climat asiatique articifiel, recréé dans des conditions d’hygrométrie, de luminosité et de températures maîtrisées. La partie extérieure de l’enclos sera entièrement remaniée.

Tout cela a donc un coût. L’enveloppe de travaux définitive a été fixée à 3,372 millions d’euros. S’y ajoutent la maîtrise d’œuvre –qui vient de prendre 15,28 % de plus pour atteindre 489 420 euros– et les frais de maîtrise d’ouvrage pour 297 744 euros.

D’après les élus du 6e arrondissement, qui ont étudié le projet de délibération lundi soir, ce « beau dossier a avancé beaucoup plus vite que celui des petites serres » du parc, pourtant en piteux état et dont le début de la rénovation était initialement prévu dans ce mandat.

En revanche, pour la Fôret d’Asie, « Les entreprises sont mises sous pression », estime l’adjointe (UDI) à l’Urbanisme du 6e , Laurence Croizier, qui voit là « une volonté d’être dans les délais pour mars ou avril 2020 », période des prochaines élections municipales.

J.-C. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?