Enseignement Supérieur Logement : le point noir pour les étudiants à Lyon

Mardi dernier au Students Welcome Desk : Lisa, conseillère vie étudiante, renseigne Alice, une étudiante italienne tout juste arrivée à Lyon, sur l’offre logements. Photo Richard MOUILLAUD
Mardi dernier au Students Welcome Desk : Lisa, conseillère vie étudiante, renseigne Alice, une étudiante italienne tout juste arrivée à Lyon, sur l’offre logements. Photo Richard MOUILLAUD

Si la Métropole figure en bonne position parmi les lieux où il fait bon étudier, le logement constitue un bémol de taille.

« J’ai visité des appartements, mais je n’ai pas encore trouvé. » Alice, jeune étudiante italienne fraîchement débarquée à Lyon, écoute les recommandations de Lisa Tassy, conseillère vie étudiante pour l’Université de Lyon. « À Lyon, les loyers sont chers, c’est très difficile de trouver dans le centre-ville avec votre budget », avance-t-elle, avant de lui recommander de plutôt chercher une chambre chez l’habitant. C’est vrai. Avec un budget de 400 euros, Alice a peu de chance d’avoir un appartement.

Dans la file d’attente du Students Welcome Desk de l’université de Lyon, Aïcha, 22 ans et inscrite à Lyon 3, peut témoigner de la difficulté : « J’étais partie sur un budget autour de 400 € mais je monte de plus en plus au fur et à mesure que je visite… Là, je suis plutôt autour de 500 ! » Jusqu’à présent logée par le Crous, la jeune femme convoite un logement toute seule « pour ne pas déménager chaque année, explique-t-elle. Je savais que c’était difficile à Lyon, mais là… (soupir) je vais peut-être chercher aux alentours. »

« On sait que c’est tendu. Il y a énormément d’étudiants en panne. C’est un vrai problème pour ceux qui arrivent », note Samuel Langlade, au Cllaj de Lyon (Comité local pour le logement autonome des jeunes). « Les quelques logements qui restent sont à des prix exorbitants. Une rapide visite sur le site Le bon coin le confirme : à Lyon, avec le critère “moins de 500 €” on trouve une seule annonce, pour une chambre avec WC sur le palier. »

A Lyon, le loyer moyen est de 526 euros

Depuis plusieurs années, l’Unef dénonce la galère, commune à de nombreux étudiants. « Cette année, nous avons encore constaté une augmentation de 2,85 % du prix au mètre carré. On en est à un loyer moyen de 526 €, s’indigne Lucas Margain, représentant du syndicat étudiant à Lyon. Cette année, une bonne centaine d’étudiants nous ont contactés pour demander des tuyaux. »

L’Unef réclame, d’une part un encadrement des prix pour les loyers des petites surfaces, d’autre part davantage de places en résidences sociales du Crous. À la première demande – relayée par la Fondation Abbé-Pierre –, le gouvernement n’est pas favorable. Il préfère miser sur l’extension du dispositif Visale, qui apporte des garanties aux bailleurs. Même si ce dispositif n’a pas atteint ses objectifs, faute de convaincre suffisamment de propriétaires, y compris ceux qui sont spécialisés dans la résidence étudiante privée. « Dans le Rhône, nous avons reçu 4 600 demandes de Visale, 3 600 ont été délivrées, 1 000 ont été mises en place », détaille Sylvie Plana, qui coordonne Visale pour le compte d’Action Logement (organisme cogéré par les syndicats patronaux et salariés). Celle-ci reste pour autant optimiste, estimant que les bailleurs sont davantage à l’écoute depuis mai 2018, date où la garantie Visale a été étendue. « C’est un dispositif intéressant, mais il y a encore tout un travail de pédagogie auprès des propriétaires », tempère Samuel Langlade.

Il manque 2 760 chambres sur les 4 200 prévues entre 2013 et 2018

En ce qui concerne les chambres du Crous à tarification sociale, leur nombre augmente, mais pas aussi vite que prévu. Il y a eu 1 440 places supplémentaires entre 2013 et 2018, On en annonçait 4 200 sur le même délai… Entre-temps, environ 20 000 étudiants de plus sont arrivés dans l’académie de Lyon, avec 8 000 demandes supplémentaires. De quoi justifier d’autres chantiers !

Muriel FLORIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?