Urbanisme Passerelle de la Paix: une expertise judiciaire pour les soudures

Photo Joël PHILIPPON
Photo Joël PHILIPPON

Retard, défaut dans la conception du projet, la passerelle piétonne de la Paix, qui relie Lyon à Caluire, entre la cité Internationale et le quartier Saint Clair, est plutôt source de conflit aujourd’hui. En cause, des soudures…

Elle s’appelle passerelle de la Paix, mais les intervenants à sa construction s’écharpent désormais au tribunal administratif de Lyon. Le groupement d’entreprises (Zwahlen & Mayr SA), qui avait gagné le marché de construction de l’ouvrage qui enjambe le Rhône à la hauteur de la Cité internationale, réclame à la Métropole de Lyon 1,8 million d’euros pour avoir dû supporter « des défauts dans la conception du projet ayant entraîné des prestations complémentaires ». Le groupement entend aussi voir supprimer des pénalités et retenues de retard (1,3 million d’euros) que lui a décompté la collectivité.

Le tout, alors que lors de la réception des travaux (2014), des réserves ont été émises concernant les soudures de la passerelle, « susceptibles d’entraîner des dommages » à l’avenir. Une expertise judiciaire ordonnée en juillet par la juridiction administrative, devrait permettre d’y voir plus clair.

La passerelle piétonne et cycliste entre Lyon et Caluire avait coûté 15,7 millions d’euros aux contribuables contre les 7,6 millions annoncés au départ. Faudra-t-il y rajouter les quelque 2,2 millions d’euros désormais réclamés par Zwahlen & Mayr SA ?

À suivre…

S. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?