Humour Jean-Rémi Chaize, à tomber par terre !

L’humoriste lyonnais Jean-Rémi Chaize est actuellement en représentation à Lyon, avec son spectacle “On n’est pas des chiens”.  Photo Joel PHILIPPON
L’humoriste lyonnais Jean-Rémi Chaize est actuellement en représentation à Lyon, avec son spectacle “On n’est pas des chiens”. Photo Joel PHILIPPON

L’humoriste lyonnais est à l’Espace Gerson (Lyon 5e), jusqu’au 15 septembre, et sera au Radiant (à Caluire), en mars, avec “On n’est pas des chiens”. Un spectacle délirant où on peut aboyer de joie.

Bronzé, requinqué après un mois passé au festival d’Avignon, où son spectacle “On n’est pas des chiens” a été dûment applaudi, Jean-Rémi Chaize aborde sereinement la rentrée. Mais s’il savoure son succès, il n’oublie pas la somme de travail qui l’a précédé. C’est dix ans d’études théâtrales qu’a effectuées le jeune homme qui faisait rire ses amis de collège en interprétant quelques-uns des personnages, dans une version simplifiée, qui peuplent son spectacle. Il a suivi plusieurs formations théâtrales, dont le Conservatoire de Lyon et l’École des arts et techniques du théâtre (Ensatt), située aussi à Lyon, à Saint-Just. Avant de se lancer dans l’humour, c’est la passion du jeu, du métier de comédien qui le tenait. À la sortie de l’Ensatt, il a d’ailleurs joué du Pinter, du Copi, avec des compagnons d’école. S’il est venu au one-man-show humoristique, ce n’est pas spécialement par inclinaison envers ce monde. Un univers qu’il juge trop séparé de celui du théâtre public, même si des comédiens comme Guillaume Gallienne, son ami Vincent Dedienne, ou encore Laurent Lafitte, ont franchi le pas entre théâtre subventionné et one-man-show.

Outre la satisfaction de franchir ces barrières inutiles, il voulait se confronter à la solitude étrange qui caractérise l’artiste seul face à son public, sommé de le faire rire et, si possible, réfléchir.

Un humour qui n’a rien de consensuel puisqu’il bascule à la fois dans la cruauté et l’absurde

Défi tenu, tout en pratiquant un humour qui n’a rien de consensuel, puisqu’il bascule à la fois dans la cruauté et l’absurde. Il ne fait pas de sketchs sur les accros du portable ou les déboires du consommateur moyen. Il préfère se pencher sur des personnages que l’on ne remarque pas, mais qui peuplent notre quotidien.

Tous découlent d’une observation fine de ce qui l’entoure. La grand-mère qui intervient dans sa pièce est inspirée de la sienne, la caissière qui se perd dans les codes-barres lui est venue après un job de caissier à Auchan… Tous ses personnages, il les interprétera à Gerson et au Radiant, ainsi que lors d’une tournée prévue dans toute la France.

Ce qui ne l’empêche pas de travailler sur d’autres projets, dont un spectacle avec la chanteuse lyonnaise Carmen Maria Vega et des chroniques sur des radios nationales.

> Jusqu’au 15 septembre, du mercredi au vendredi à 20h30, les samedis à 21h15. Espace Gerson, 1, place Gerson (Lyon 5e ). De 11 à 16 €. Tél. 04.78.27.96.99.

Réservez votre Chaize !

Dans le domaine de l’humour, Jean-Rémi Chaize occupe une place à part. Son one-man-show ferait presque japper de plaisir. Il y donne la parole à d’incroyables personnages, à la fois ancrés dans le réel et complètement décalés. Ainsi de la grand-mère provinciale avec sa liste de courses qui nous entraîne dans un univers absurde. Tout comme cette caissière, saisie par le vertige des codes-barres, qui en perd la raison, sous nos yeux, en énumérant des chiffres à une vitesse inouïe.

Mais le summum du comique – et de la cruauté – est atteint lorsque le comédien interprète une mère sadique qui s’acharne sur sa fille obèse. Le sketch piétine allègrement le politiquement correct. L’interprétation est juste, subtile, y compris dans les – nombreux – moments de délire. Le texte est irrésistible, alternant fous rires et émotions d’un tout autre ordre. Magistral.

Nicolas BLONDEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?