Urbanisme Accidents de vélos en série : ça déraille à la Confluence

Le long de la Saône, dans le quartier de la Confluence, de nombreux accidents de vélo se produisent chaque jour, nécessitant fréquemment l’intervention des pompiers. Photo Richard MOUILLAUD
Le long de la Saône, dans le quartier de la Confluence, de nombreux accidents de vélo se produisent chaque jour, nécessitant fréquemment l’intervention des pompiers. Photo Richard MOUILLAUD
Qu’ils s’embrassent ou se séparent, attention aux rails ! Photo d’illustration R .M.
Qu’ils s’embrassent ou se séparent, attention aux rails ! Photo d’illustration R .M.
Le long de la Saône, dans le quartier de la Confluence, de nombreux accidents de vélo se produisent chaque jour, nécessitant fréquemment l’intervention des pompiers. Photo Richard MOUILLAUD Qu’ils s’embrassent ou se séparent, attention aux rails ! Photo d’illustration R .M.

Mieux vaut privilégier la partie de la promenade la plus proche de la Saône. Autrement, gare à la chute à cause des rails !

La promenade du quai Rambaud n’est pas de tout repos, dans le quartier de la Confluence.

Pour preuve, ces accidents de piétons et de cyclistes qui se produisent régulièrement, obligeant souvent les sapeurs-pompiers à se déplacer.

La faute aux rails de cette ancienne voie ferrée qui permettait d’acheminer, depuis la gare de Perrache, des marchandises dans le port commercial fluvial Rambaud pour y être chargées sur des péniches ou stockées dans les entrepôts.

La faute aussi à l’intérêt du lieu, avec les rénovations architecturales, la colline arborée, sans parler de la rivière, qui font que le passant –ou le cycliste– regarde autre chose que ses pieds !

« Parti pris patrimonial »

A la Métropole de Lyon, qui gère la promenade des Rives de Saône, dont fait partie celle du quai Rambaud, on indique avoir « eu vent de quelques incidents avec des roues qui se coincent dans les rails ». « On y met du ghorre afin de boucher les interstices », ajoute le porte-parole de la collectivité.

Mais comme le sable ne reste pas en place, la Métropole, « consciente du problème », est « en train de réfléchir à une autre solution ».

On fait remarquer, au passage, que la partie de la promenade la plus proche de la rivière ne présente aucun danger et que « piétons et vélos y cohabitent » dans un espace « suffisamment large ».

Il n’est pas question, en tout cas, de supprimer ces rails. « C’est un parti pris patrimonial, de conserver au lieu, son histoire », assume la Métropole de Lyon.

S. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?