LOISIRS Ce Lyonnais rêve d’un musée du skate

Chez lui, à Lyon. Dimitri Jourdan possède près de 700 skates. Il veut faire partager sa passion.  Photo Richard MOUILLAUD
Chez lui, à Lyon. Dimitri Jourdan possède près de 700 skates. Il veut faire partager sa passion. Photo Richard MOUILLAUD

Longtemps considérée comme la capitale française du skate, Lyon pourrait voir s’ouvrir un musée de la planche à roulettes. Si le rêve de Dimitri Jourdan devient réalité. « Tout était prêt mais à la dernière minute, le local que nous avions trouvé nous a été repris… », explique le trentenaire, un brin déçu.

C’est peu dire que le skate fait partie de la vie de Dimitri. On s’en rend compte dès que l’on rentre chez lui. Ils sont accrochés dans toutes les pièces, des centaines. Il fait son marché sur eBay ou sur Le Bon Coin : « Il y a six ans, j’ai créé un groupe Facebook pour collectionner. Depuis, le skate, c’est “H24”. C’est pour ça que j’ai hâte que cela sorte de chez moi car c’est un peu trop… J’en ai également sous le lit conjugal, dans un garage et je viens également de prendre un box ! », confirme-t-il en souriant.

Avec plus de 700 skates au compteur (dont 400 accrochés dans son 80 m²), on peut le comprendre ! Il en a de toutes les couleurs, de tous les temps (à partir des années 60), de collection, etc. « Le vintage prend de la valeur. » Il a d’ailleurs racheté le premier qu’il a eu : « Noose de 98 de McKee ».

Pour se débarrasser de ses « jouets » adorés mais devenus très encombrants, il a donc eu l’idée d’ouvrir un endroit qui soit consacré à sa passion avec une touche originale : « Comme ma femme est pâtissière, nous avons pensé à un musée qui serait également un endroit convivial pour boire un verre et se restaurer. Il y aurait une rampe de skate pour faire des démos aux enfants, un coin atelier, et un coin de vente d’accessoires », résume Dimitri.

Le projet est financièrement ficelé. Reste le local à trouver.

Sandrine RANCY

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?