Transports Tramway T4 : les usagers en ont assez des bus relais

Dans les bus relais, c’est surtout la pagaille les jours de grands marchés, les jeudis et samedis.  Photo Marin LE PEZENNEC
Dans les bus relais, c’est surtout la pagaille les jours de grands marchés, les jeudis et samedis. Photo Marin LE PEZENNEC

Depuis le 2 juillet et jusqu’au 31 août, des bus relais remplacent la ligne perturbée par les travaux du T6 entre les arrêts Lycée-Lumière et Hôpital-Feyzin-Vénissieux. Et ils sont bien loin de faire l’unanimité. Reportage.

La compréhension et la patience ont laissé place à l’exaspération et au ras-le-bol. En clair : les usagers des bus relais qui remplacent le T4 jusqu’au 31 août n’en peuvent plus. La circulation de la ligne de tramway a été interrompue entre les arrêts Lycée-Lumière, à Lyon 8e, et Hôpital-Feyzin-Vénissieux depuis le 2 juillet, à cause des travaux de création de la nouvelle ligne T6.

Manque de place dans les bus, moins rapides que le tramway… Les reproches vont bon train. «  On ne peut pas entrer dans les bus quand il y a trop de monde », se désole la première passagère, montée à Hôpital-Feyzin-Vénissieux. « Quand la circulation est calme, ça va. Mais aux heures de pointe, c’est vite le cirque », souffle-t-elle. « Contrairement aux tramways, qui sont prioritaires, les bus sont soumis à la circulation et aux feux présents sur le trajet », acquiesce le chauffeur.

« Les gens sont tarés ! »

Par chance pour les usagers, la circulation a été plus calme lors des deux premières semaines d’août. Mais c’est sans compter sur les grands marchés du jeudi et du samedi, qui rendent les voyages invivables, même pour quelques arrêts.

« Les gens sont tarés ! », s’écrie une passagère qui vient d’être bousculée. Il faut ruser, jouer des coudes et des épaules pour se frayer un chemin jusqu’à l’arrière du bus. « Avancez s’il vous plaît », lance une dame restée bloquée à l’avant. Le bus repart, c’est maintenant un sac rempli d’oignons qui se renverse… Les voilà qui roulent à toute vitesse. Une jolie pagaille. Les passagers debout toisent, l’air un peu jaloux, les usagers qui sont parvenus à s’asseoir.

"C’est vrai que tout le monde en a un peu marre", concède le chauffeur. Il espère que la fin des travaux ne sera pas repoussée, car « ce sont nous, les chauffeurs, qui sommes en première ligne face aux usagers mécontents ».

La communication, enfin un point positif

Un point reste positif : la communication du Sytral et des TCL. « Heureusement que nous étions prévenus à l’avance », juge Amar, qui emprunte quotidiennement les bus relais.

« Il y a eu les affiches, les messages vocaux aux arrêts du tramway et sur des messages sur Internet avant le début des travaux », confirme une autre passagère. Mais sur la ligne T4, l’été aura été long…

Marin LE PEZENNEC

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?