musique Selektt veut percer À la lyonnaise

Guy Mouya, ou Selektt de son nom d’artiste, l’auteur de la musique  À la lyonnaise était le chanteur du défunt groupe La Razzia.  Photo Studio des anges
Guy Mouya, ou Selektt de son nom d’artiste, l’auteur de la musique À la lyonnaise était le chanteur du défunt groupe La Razzia. Photo Studio des anges

Selektt est de retour. L’ancien chanteur du groupe de hip-hop La Razzia veut surfer sur la vague de son tube À la lyonnaise, sorti en juin et autoproduit par son label Lyon Music. Dès septembre, 100 000 CD’s seront distribués en ville, jusqu’en août 2019.

« Ainsi on vit à la lyonnaise, autoproduit à la lyonnaise, au stade on crie à la lyonnaise… » C’est par ces paroles que démarre le refrain du dernier titre de Selektt, À la lyonnaise , véritable hommage à la ville de Lyon. Le Franco-Ivoirien de 45 ans revient dans le milieu de la musique après une longue pause qui l’a éloigné des radars depuis 2006 et la fin de son ancien groupe La Razzia. Un crew de hip-hop lyonnais (2001-2006), composé de Selektt, Shaman et Mister Ô (coproducteur du titre À la lyonnaise ).

Fait marquant du trio, le tube In the place to be , écouté en boucle par la jeunesse lyonnaise au début des années 2000. Instant nostalgie : « On avait tourné une partie du clip au stade de Gerland, à la mi-temps d’un match de l’OL. À l’époque, on gagnait tout. »

Un mélange de sonorités rap, électro, afrobeat et dance

Bien que cofondateur du label Lyon Music en 2007, Guy Mouya alias Selektt n’avait plus chanté en public depuis, embrassant la profession d’attaché commercial. Membre d’une génération talentueuse de rappeurs lyonnais qui n’aura pas su percer de manière déterminante au niveau national, il tente aujourd’hui son come-back, à la manière d’un autre modèle du rap lyonnais : Casus Belli et son album CB 2.0 , sorti en avril.

Désormais adepte d’une musique mélangeant des sonorités rap, électro, afrobeat et dance, Selektt a migré vers la “black trans music”. Une musique « festive, qui bouge et qui fait passer des messages », souligne-t-il. Auteur-chanteur et coproducteur du clip À la lyonnaise sorti fin juin, Selektt ne veut pas s’arrêter là.

Son souhait : surfer sur le début d’un succès qu’il espère durable (lire par ailleurs). Des compilations également appelées À la lyonnaise sortiront chaque mois, dès la mi-septembre, et seront distribuées gratuitement dans les rues de la ville. Elles permettront la diffusion de titres de Selektt et de quelques artistes locaux sélectionnés par le label Lyon Music. Le fil rouge de ces compilations sera le titre éponyme du Lyonnais d’adoption depuis l’an 2000. Selon lui, « les 100 000 exemplaires prévus à la distribution sur un an seront financés grâce à un ingénieux système, unique au monde » : la vente d’encarts publicitaires d’une durée de dix à vingt secondes, entre chaque musique.

Une chose est sûre, le quadragénaire Selektt se lance dans une nouvelle carrière, « avec beaucoup d’énergie ». Tout en s’appuyant sur son réseau développé du temps de La Razzia, « pour tenter de vivre de la musique, produire des titres, aider des artistes du cru à percer avec le label Lyon Music et monter de nouveau sur scène, même si je ne fais pas la carrière de Maître Gims ».

De toute façon, Guy Mouya préfère sans doute ses compatriotes de Magic System. « Je les ai introduits lors de leur premier concert à l’étranger, en tant qu’animateur de concert et de radio. C’était au Togo, en 1995 », révèle-t-il. Après Magic System auteur de l’hymne des Bleus durant la dernière Coupe du monde, place à Selektt pour chanter à la gloire des Gones.

La multidiffusion, clé du succès ?

Une mauvaise expérience vaut mieux qu’un bon conseil. À 45 ans et après vingt ans d’une carrière musicale en dents de scie, Guy Mouya le sait : pour réussir dans le monde impitoyable de la musique, il faut faire parler de soi. L’hiver dernier, les murs lyonnais étaient recouverts de centaines de stickers (autocollants) griffés À la lyonnaise.

Sur Lyon.fr, la Ville présente déjà la vidéo de son titre comme « le clip de l’été ». Sur la plateforme YouTube, À la lyonnaise totalisait ce mardi 78 000 vues. Récemment, Guy Mouya a convaincu Télé Lyon Métropole d’être la première chaîne TV à diffuser son clip.

Le futur hymne du Groupama Stadium de l’OL ?

Le chanteur de “black trans music” utilise en fer de lance son label Lyon Music pour s’autoproduire et distribuer des milliers de CD’s gratuitement, et compte sur Believe Digital – leader mondial de la distribution digitale – chez qui il a récemment signé. Fort de réseaux construits durant son passé d’artiste hip-hop, il ajoute enthousiaste : « Bientôt, ce son passera aussi en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. »

« J’ai aussi contacté les chaînes OKLM TV, Trace TV, France 3 et OL TV », précise-t-il. Sans oublier les radios et les réseaux sociaux. Ambitieux, le Franco-Ivoirien rêve même de faire résonner sa musique dans le Groupama Stadium de l’Olympique lyonnais. En octobre, il lancera sur le site Lyonmusic.fr la vente en ligne de sa nouvelle marque de vêtements À la lyonnaise. Mais, même à l’heure du digital, la communication ne saurait suffire. Le juge de paix restera encore et toujours l’accueil réservé à son titre par le public.

Benoit DREVET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?