Consommation Vignette Crit’Air : arnaques sur le web

Les vignettes Crit’Air vont de 0 à 5, pour les véhicules les plus polluants. Photo illustration Joël PHILIPPON
Les vignettes Crit’Air vont de 0 à 5, pour les véhicules les plus polluants. Photo illustration Joël PHILIPPON

« J’ai été victime d’un site Internet frauduleux », dénonce cette juriste qui a porté plainte cette semaine auprès de la gendarmerie de Tassin-la-Demi-Lune.

« Furieuse » de s’être fait embobiner, et désormais « inquiète » de voir son compte bancaire siphonné, cette juriste de 37 ans a « toussé » en lisant un article du Progrès dans lequel la préfecture du Rhône disait « ne pas avoir connaissance de fraudes à la vente de la vignette Crit’Air ». Elle a, pour sa part, la certitude d’avoir été victime d’une escroquerie.

« Je n’ai jamais rien reçu »

Lundi 6 août, comme tant d’autres automobilistes, cette Lyonnaise a besoin de son véhicule pour aller travailler. La trentenaire se précipite sur Internet pour commander le fameux sésame, alors indispensable à Lyon et à Villeurbanne. Ainsi en ont décidé les autorités en raison du fort pic de pollution.

« Je n’avais pas envie de me prendre une amende de 67 euros en cas de contrôle ! J’ai tapé sur Google “Vignette Crit’Air Lyon”. J’ai atterri sur le site www.vignette-critair.fr. J’ai payé 9,60 euros, dont 4,59 euros de frais d’envoi. Je n’avais pas trop d’idée du coût [le prix total sur le site officiel de l’État est de 3,62 euros, NDLR] mais ça ne me semblait pas déraisonnable et je me disais que c’était peut-être le prix du recommandé. J’ai entré toutes les informations nécessaires, dont celles de ma carte grise. On me promettait une vignette provisoire dans la journée par e-mail. Mais le lendemain, je n’avais toujours rien reçu. Et là, j’ai eu de gros doutes », relate-t-elle, quatre jours après les faits.

En consultant la rubrique “mentions légales” de la plateforme, elle tombe sur un numéro de téléphone, qu’elle s’empresse de composer. Une femme décroche. Surprise ! Il s’agit d’une société de nettoyage industriel, basée près de Caen en Basse-Normandie, qui lui dit avoir déjà reçu d’autres appels d’automobilistes excédés. Aussitôt, la Lyonnaise contacte sa banque puis se rend à la gendarmerie de Tassin-la-Demi-Lune. Une plainte est déposée pour « escroquerie ».

« Le numéro de téléphone qui figurait sur le site Internet www.vignette-critair.fr a depuis disparu », souligne la juriste, en ajoutant que plusieurs liens ne fonctionnent en outre « jamais ». Nous avons appelé à notre tour la société de nettoyage industriel normande, bien réelle, dont l’identité pourrait avoir été usurpée. Une standardiste nous a indiqué avoir répondu à « plusieurs appels téléphoniques d’automobilistes depuis une semaine, alors que nous n’avons rien à voir avec Crit’Air ». Le gérant, en congés, n’a pu être joint par nos soins.

Autre donnée étrange : c’est le numéro Siret d’une autre entreprise encore, qui est utilisé sur cet apparent site Crit’Air. Celui d’un concessionnaire automobile à Rennes, dont les statuts ont été déposés à une période très récente – avril 2018. À l’adresse mentionnée, ne figure pourtant qu’un immeuble d’habitation. Quant au numéro de téléphone de ce concessionnaire, il sonnait vendredi après-midi dans le vide. S’agirait-il d’un numéro volé à un tiers ou d’un numéro fictif ? Il y a tout lieu de le croire.

Outre la crainte d’avoir à subir un préjudice financier, la juriste redoute aussi que les données de sa carte grise – enregistrées par ce site – ne servent à fabriquer de faux certificats d’immatriculation. Se retrouver un jour à devoir payer des infractions routières commises par des tiers, alors qu’on voulait acheter une vignette Crit’Air pour être en règle, ce serait le monde à l’envers !

Refroidie par cette mésaventure, la victime n’a pas encore passé commande de la pastille sur la plateforme web du ministère de l’Écologie.

> Le site Internet incriminé était toujours en activité lundi.

Un seul site officiel

La vignette Crit’Air est obligatoire pour circuler les jours où la pollution est jugée dangereuse par la préfecture. Elle coûte 3,62 euros, frais d’expédition inclus. Un seul site officiel, au nom inexplicablement peu limpide : www.certificat-air.gouv.fr

La vignette est expédiée par le ministère de l’Ecologie sous dizaine et une facture dématérialisée, sous 24 heures. Il existe des platerformes d’intermédiaires non frauduleux, mais vous paierez deux fois plus cher pour le même résultat.

Nicolas BALLET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?