SERVICES Tout près de vous, ils défendent vos droits

Quelques-uns des quatorze délégués du défenseur des droits qui officient dans le Rhône.  Photo Frédéric CHAMBERT
Quelques-uns des quatorze délégués du défenseur des droits qui officient dans le Rhône. Photo Frédéric CHAMBERT

Ni avocats, ni juristes, les délégués du Défenseur des droits guident la population confrontée à des problèmes avec les services publics.

C’est l’histoire d’un homme doublé par son propre frère pour une question d’argent. Algérien ayant travaillé toute sa vie en France, il aspire à la retraite. Alors qu’il s’apprête à toucher sa pension, on lui indique qu’il y a un problème : un autre, portant le même nom que lui, la réclame déjà. Il s’agit en fait de son frère à qui il avait emprunté, avec son accord, son nom. Mais les années passant, le frère resté en Algérie a voulu en bénéficier.

Bénévoles et indépendants

Ce méli-mélo familial, c’est Simon Bretin qui l’a résolu. Délégué du Défenseur des droits, il tient des permanences chaque mercredi à Villefranche-sur-Saône. « Je suis intervenu auprès de la Caisse de retraite. Ce monsieur a obtenu gain de cause, mais il a dû refaire tous ses papiers. »

Simon Bretin est un des quinze délégués du Rhône. C’est un des plus expérimentés de la “bande”. Ancien magistrat à la Chambre régionale des comptes, il a choisi de devenir délégué il y a vingt ans : « Cela me permettait de rencontrer des personnes à qui on rend de véritables services. Ce contact, je n’aurai pas pu l’avoir dans le cadre de mon métier. »

Les quinze ont tous des histoires à raconter. Quand on pousse leur porte, on a bien souvent tout essayé. Eux se font fort de régler toutes sortes de litiges en lien avec les administrations et organismes sociaux avec qui ils ont des contacts privilégiés : prestations sociales, délivrance de papiers d’identité, conflits avec les services fiscaux, les collectivités locales, discriminations, contrôles d’identité abusifs, droits de l’enfant, etc.

Solange Salager, retraitée de la Préfecture du Rhône, a reçu un jour une maman désespérée avec sa fille handicapée. Sous assistance respiratoire, elle ne pouvait pas être scolarisée. La déléguée est intervenue et a obtenu gain de cause. Une satisfaction pour elle : « Je trouvais que c’était profondément injuste. Notre objectif c’est que les personnes aient leurs droits respectés. »

Jean-Luc Poulet, ancien cadre dans une mairie tient une permanence depuis un an et demi à Vaulx-en-Velin : « Pour moi, c’était une continuité de mon travail à la différence qu’ici, je suis en lien direct avec les personnes. » L’accès aux droits pour tous, ces quinze représentants du Défenseur des droits le vivent au quotidien. Bénévoles, indépendants, expérimentés, ils sont également l’oreille de tous ceux qui s’égarent dans les méandres de l’administration.

Un taux de réussite à 68 %

En 2017, les délégués du Défenseur des droits du Rhône ont été saisis à 2 071 reprises. Ils ont reçu 1 276 réclamations : 86 % pour des litiges avec les services publics, 8 % pour des dossiers de discrimination, 2 % pour des dossiers enfance et 1 % pour des questions relatives à la déontologie de la sécurité

68 % des usagers ont obtenu satisfaction. 18 % n’ont rien obtenu. Pour les 14 % restants, il y a eu abandon de la procédure par les usagers.

Où les consulter à Lyon et alentours ?

Les délégués du Défenseur des droits assurent des permanences gratuitement :

➤  préfecture du Rhône : le mardi après-midi

➤  dans les MJD (Maison de justice et du droit) :

Lyon 9e  : le jeudi,

Lyon 8e  : le mercredi,

Vénissieux : le vendredi,

Villeurbanne : le lundi toute la journée et le mercredi matin,

Rillieux-la-Pape : le jeudi après-midi,

Vaulx-en-Velin : le lundi après-midi et mardi matin.

➤  dans les mairies :

Lyon 1er : les mercredi matin et vendredi après-midi,

➤  à l’EPI de Vaulx-en-Velin le jeudi matin.

Annie DEMONTFAUCON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?