Urbanisme Il n’y aura pas de patinoire au pôle de loisirs du Groupama Stadium

La patinoire aurait intégré le pôle loisirs (les deux imposantes masses grises en haut du visuel) en 2020. D’ici là, d’autres bâtiments ouvriront. L’hôtel (deux bâtiments blancs en bas) est annoncé en octobre. Photo Perspective Dumetier Desig
La patinoire aurait intégré le pôle loisirs (les deux imposantes masses grises en haut du visuel) en 2020. D’ici là, d’autres bâtiments ouvriront. L’hôtel (deux bâtiments blancs en bas) est annoncé en octobre. Photo Perspective Dumetier Desig

Pas assez rentable, le projet a été abandonné mi-juillet. Il faudra encore attendre pour voir une troisième patinoire dans l’agglomération.

« Le projet a été abandonné pour des raisons économiques ». L’Olympique lyonnais a annoncé vendredi dernier que le projet de construction d’une patinoire, à proximité du Groupama stadium, avait fait long feu. Une information confirmée par Sébastien Berthet, président du Lyon Hockey club. Les deux évoquent « des soucis de rentabilité » pour justifier cette décision prise le 20 juillet.

« On va digérer puis on va chercher un autre terrain »

« On a cherché toutes les options. On a fait énormément de projections techniques. On avait des partenaires privés pour le financement et même une entreprise pour le naming, mais il faut savoir raison gardée », regrette le président du LHC.

Pour rappel, ce projet devait intégrer celui du pôle de loisirs dont le chantier a débuté il y a quelques jours. Il devait se situer au premier étage d’un bâtiment au nord du pôle. Une situation déterminante dans cet échec. « Être au premier étage ajoutait énormément de contraintes techniques », ne cache pas Sébastien Berthet. Par exemple, pour soutenir la patinoire, le surcoût aurait été d’1million d’euros environ. Au final, l’investissement pour faire naître cette troisième patinoire sur l’agglo se serait élevé à 4,7 millions d’euros.

Trop cher pour une structure énergivore, dont le coût de fonctionnement est toujours élevé. Trop cher aussi malgré la double vocation à laquelle elle était promise : sportive à 20 % en accueillant les entraînements du Lyon Hockey club mais surtout grand public avec du sport loisirs, des formations etc.

Un modèle économique auquel s’accroche toutefois Sébastien Berthet. « On est déçu, c’est sûr. C’est un peu dur pour le club. Il a fallu l’annoncer à nos partenaires. On va digérer puis on va chercher un autre terrain. On n’abandonne pas ce projet de patinoire privée à moyen terme », lâche le dirigeant. En attendant une issue favorable à ce serpent de mer lyonnais, les deux seules patinoires de l’agglomération restent Charlemagne et Baraban.

4 000 m2 Située dans le bâtiment le plus au nord du pôle de loisirs la patinoire devait s’étendre sur 4 000 m2. Alors que les travaux du pôle ont début le 25 août, on ne connaît pas encore l’activité qui devrait s’y installer désormais. Pour rappel, son ouverture est programmée pour 2020. Restaurant, futsal, laser game, escalade, padel notamment intégreront les 23 000 m2 du site.

Cyrille SEUX

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?