ENVIRONNEMENT L’herbe du diable prenait ses aises place Carnot

Au vu de son stade de développement, ce datura était entretenu et présent depuis plusieurs mois place Carnot . Photo Francis MORTELECQUE
Au vu de son stade de développement, ce datura était entretenu et présent depuis plusieurs mois place Carnot . Photo Francis MORTELECQUE
Dans ce massif, se trouvaient 19 pieds de datura et des centaines   de graines éparpillées au sol.  Photo Benoit DREVET
Dans ce massif, se trouvaient 19 pieds de datura et des centaines de graines éparpillées au sol. Photo Benoit DREVET
Au vu de son stade de développement, ce datura était entretenu et présent depuis plusieurs mois place Carnot . Photo Francis MORTELECQUE Dans ce massif, se trouvaient 19 pieds de datura et des centaines   de graines éparpillées au sol.  Photo Benoit DREVET

Dix-neuf pieds de datura, une plante toxique surnommée “herbe du diable”, ont été identifiés dans des massifs, place Carnot, le 19 juillet. Objet d’un signalement citoyen, ils ont été arrachés par les services de la Ville.

C’est dans un massif entretenu par le service espaces verts de la Ville, place Carnot, que se tenait, belle et fringante, une plante que l’on appelle “l’herbe du diable”. Très toxique, le datura stramonium est une mauvaise herbe bien particulière.

Une espèce aussi bien connue pour ses grandes fleurs blanches en forme de trompette que pour ses effets hallucinogènes pouvant entraîner la mort. « Selon les concentrations de ses divers constituants, et la manière dont elle est absorbée, elle peut être fortement toxique voire mortelle », confirme un expert en botanique préférant témoigner de manière anonyme.

Pas moins de 19 pieds, dont trois particulièrement développés, poussaient ainsi en bordure de massif, à 50 cm du sol, à hauteur de bras d’enfants. Le massif étant situé juste à côté de la gare de Perrache, de l’entrée du métro, d’un terrain de sport… Et à 50 m d’un parc de jeux pour enfants.

Les pieds enlevés en deux fois, à une semaine d’intervalle

C’est un passant passionné de botanique, Francis Mortelecque, 61 ans, originaire de la Somme, qui en a fait la découverte, le 19 juillet dernier. Pas forcément surpris de trouver là « cette plante qui pousse spontanément », mais alarmé « que personne ne l’ait vu ou signalé avant, alors qu’il s’agit d’un endroit très passant ».

Sans compter que « la place Carnot n’a pas été la moins fréquentée des places lyonnaises pendant la Coupe du monde », reprend-il. C’est sa fille, une Lyonnaise de 37 ans ne souhaitant pas être citée, qui a contacté les services de la Ville, via un signalement d’incident sur Lyon.fr, pour faire remonter l’information. Francis Mortelecque refuse d’incriminer quiconque, à commencer par la mairie : « Les services avaient peut-être méconnaissance de cette plante ». 

En revanche, malgré les questions de sécurité liées au datura inscrit sur la liste des substances vénéneuses, l’intervention de la Ville ne s’est déroulée qu’en deux temps. D’abord le 20 juillet, au lendemain du signalement. Trois pieds - les plus développés - sont enlevés. Problème, une semaine plus tard, 16 jeunes pousses dont quelques-unes en fleurs et des centaines de graines éparpillées autour sont toujours présentes dans le massif.

Une “bévue” finalement rattrapée dans la foulée. Le 28 juillet dernier plus aucune trace n’était visible.

«Les plantes ornementales n’ont pas vocation à être consommées»

Mais pourquoi a-t-il fallu attendre une semaine pour que l’ensemble des pieds de datura - si toxiques - soient enlevés d’un massif, place Carnot, après le signalement de leur présence ? Une partie de la réponse fournie par la ville de Lyon peut laisser pantois : « Les plantes ornementales n’ont pas vocation à être consommées ».

L’autre partie se veut plus logique : « Il y a 5 millions de m² à entretenir et la Direction des espaces verts ne peut pas surveiller chacune des plantes qui pousse naturellement sur le territoire ». Reste que la question sur le fond reste sans réponse. Une chose est sûre, la Direction des Espaces Verts de la ville de Lyon ne produit plus et ne plante plus de Datura depuis de nombreuses années. Ce type de plante se propage tout seul très facilement.

Par ailleurs, dans un but de prévention, la Ville informe que « le laurier rose présent dans tous les jardins sur la côte méditerranéenne et même à Lyon, fait beaucoup plus de morts chaque année en France, sans parler du muguet traditionnel du 1er mai ». 

Benoit DREVET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?