Olympique lyonnais « On est fier de nos gones »

Gérald Baticle est heureux d’avoir vu Fekir rentrer lors de la finale de la Coupe du monde.  Photo Stéphane GUIOCHON
Gérald Baticle est heureux d’avoir vu Fekir rentrer lors de la finale de la Coupe du monde. Photo Stéphane GUIOCHON

Gérald Baticle, l’adjoint de Bruno Genesio, a été un spectateur attentif de la finale de la Coupe du monde. Comme technicien mais aussi comme supporter des Bleus et des trois joueurs formés à Lyon.

La Croatie a dominé le début de match mais la France a su faire le dos rond ?

Comme tout au long du Mondial, l’équipe de France a su être solidaire et solide et faire le dos rond sur les temps forts adverses, tout en n’encaissant pas de but. La défense a fait ce qu’il fallait. Tout le bloc a été compact. Ils ont montré une grande efficacité sur leur première sortie ce qui leur a permis de mener. Et ils ont récidivé également juste après l’égalisation croate. Il y avait un esprit d’équipe très très fort, sans doute le meilleur du Mondial. Et une efficacité redoutable, notamment lors des coups de pied arrêtés. Et donc ça donne un ensemble très solide et très difficile à jouer parce qu’il faut mettre beaucoup d’énergie à les passer. Et que si on se dégarnit trop, les Français sont redoutables en contre et sur coups de pied arrêtés. On a joué sur nos points forts et on a fait mal aux Croates.

Vous n’avez jamais douté quand les Croates ont égalisé ?

Non, même si je sentais que c’était difficile. On maîtrisait les situations mais pas le jeu. C’est une nouvelle fois l’efficacité qui a parlé. Certains y voient de la chance. Mais quand c’est sur la longueur d’un tournoi, ce n’est plus de la chance, c’est un esprit, de l’abnégation collective, du courage collectif. Et quand vous avez du cœur, vous êtes souvent récompensés et c’est ce qu’il s’est passé.

La France avait l’effectif le plus jeune du Mondial. On se dit que leur domination est partie pour durer ?

Des fois, il y a des jeunes dans un groupe. Là il y a des jeunes dans le groupe et dans le onze de départ. Et quand vos cadres sont jeunes, ils gagnent en expérience, en ayant remporté ce mondial et joué pour certains la finale de l’Euro il y a deux ans. Il leur reste beaucoup de belles années ensemble devant eux. Par contre, il faut qu’ils gardent cet appétit et cet esprit collectif car les qualités sont là.

De voir Fekir et Tolisso rentrer durant la finale et rejoindre Umtiti, c’est une fierté pour la formation lyonnaise ?

Déjà, en tant que Français on est fier de les voir gagner la finale. Mais en tant que Lyonnais, on est très fiers de nos gones. On peut aussi rajouter Hugo (Lloris) qui a fini sa formation au très haut niveau à Lyon. On avait quatre représentants lyonnais sur la pelouse, c’est donc une fierté supplémentaire. On a eu quelques échanges avec eux mais il faut les laisser vivre leur truc. C’est à eux. On a juste à leur dire le bonheur et la fierté qu’ils nous ont procurés en les voyant réaliser quelque chose d’énorme.

Recueillis par Olivier Guichard

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?