Métropole Le projet de la Cité internationale de la gastronomie validé par le conseil

Le groupe Magma cultura France proposera dégustations, expositions et accueil de grands chefs. Illustration Enodo-Dissidentia
Le groupe Magma cultura France proposera dégustations, expositions et accueil de grands chefs. Illustration Enodo-Dissidentia

Le site sera ouvert sept jours sur sept avec l’objectif d’accueillir entre 250 000 et 300 000 visiteurs par an à partir de l’été 2019.

Des trois projets candidats pour animer la Cité internationale de la gastronomie dans les locaux de l’Hôtel-Dieu à Lyon, c’est celui du groupe Magma cultura France qui a été retenu. Une délégation de service public de huit ans a été proposée au vote du conseil de la Métropole hier.

Cette « offre très ambitieuse » qui doit développer un projet culturel pédagogique autour de la gastronomie prévoit une activité sept jours sur sept afin d’accueillir entre 250 000 et 300 000 visiteurs par an pour un chiffre d’affaires évalué à 5,3 millions d’euros.

Un opérateur qui allierait « expérience et compétence, ambition et passion ». Il proposera donc de nombreuses activités et animations diverses. Parmi celles-ci, des dégustations évidemment, mais aussi des expositions permanentes ou encore l’accueil de trois grands chefs en résidence par an.

Une tarification « raisonnable »

Un projet qui veut également s’adresser à des publics les plus divers et les plus larges.

Pour cela, une tarification présentée comme raisonnable : 12 euros pour une journée, 8 euros pour les jeunes, 3 euros pour les chômeurs et les bénéficiaires de minima sociaux, gratuit pour les moins de 5 ans. De plus, un abonnement annuel est prévu à 50 euros car, espère le maire de Lyon, « cette cité ne doit pas être qu’un lieu de visite mais de fréquentation ».

La majorité se félicite du projet, à l’instar d’Eric Desbos du groupe centre démocrate pour qui il « est une opportunité pour notre ville et notre métropole de rayonner une fois de plus au niveau international ».

En revanche, pour le Gram, Nathalie Perrin-Gilbert, le projet pèche par nombre d’aspects : « L’hôtel-Dieu méritait mieux que devenir un simple parc d’attractions, indécent au regard du passé du lieu. »

M.R-P

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?