IMMOBILIER Étudiants : quels plans B pour vous loger ?

À Lyon, le marché locatif étudiant est un marché à part entière. Tout se joue entre fin mai et début septembre,   avec un pic d’activités en juillet.  Photo d’illustration Philippe BRUCHOT
À Lyon, le marché locatif étudiant est un marché à part entière. Tout se joue entre fin mai et début septembre, avec un pic d’activités en juillet. Photo d’illustration Philippe BRUCHOT

À deux mois de la rentrée, juillet est un mois charnière pour trouver un logement. En cette période de rush, voici quelques pistes pour y voir plus clair.

Le magazine L’Étudiant lui a décerné la palme d’or 2017 des meilleures villes étudiantes de France. « Pour sa qualité de vie, sa situation géographique et la richesse de son offre étudiante, Lyon est une ville très convoitée, explique Brice Boullet, président de Location-etudiant.fr. En termes de logements, du coup, il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande et beaucoup se reportent vers le privé. » Voici quelques pistes pour y voir plus clair.

Crous : c’est complet, mais…

Autant le dire tout de suite : si vous n’avez pas fait votre demande avant le 31 mai, inutile espérer trouver une place dans l’un des 9 500 logements du Crous de l’Académie de Lyon. Les désistements ont bien libéré quelques opportunités, mais les 300 lits vacants de dernière minute sont partis en un rien de temps le mercredi 4 juillet au matin. Rendez-vous l’année prochaine donc, sauf pour ceux qui peuvent attendre quelques semaines. « Les premiers mouvements étudiants vont commencer à partir de novembre. Entre les abandons, les stages ou les changements d’orientation, il y aura des dizaines d’opportunités chaque mois », explique Aurélie Brousse, du Crous de Lyon.

Pratique www.messervices.etudiant.gouv.fr

Lokaviz, la plateforme aux logements labellisés et sans intermédiaire

Cette plateforme créée par le Crous met en relation propriétaires privés et étudiants sans intermédiaires. Un vrai bon plan dans la mesure où les offres y sont très nombreuses – environ 5 000 sur la métropole –, et soumises à une politique stricte : loyers modérés, logements proches des établissements, etc. « On redirige tous les étudiants qui n’ont pas de place au Crous vers ce site parce que c’est carré et plein de bonnes opportunités », indique Aurélie Brousse.

Pratique www.lokaviz.fr

Résider chez une personne âgée

Cet étonnant concept, encore méconnu, fait de plus en plus d’adeptes dans le Rhône. Habiter directement chez un senior n’est pas donné à tout le monde – fêtards s’abstenir –, mais devient une véritable alternative aux résidences étudiantes parfois impersonnelles. On peut même se loger “gratuitement” (cotisation annuelle de 390 €), à la condition d’assurer une présence bienveillante le soir et la nuit. D’autres formules plus souples sont proposées (présence régulière, aides spontanées, etc.). Autre possibilité : un studio dans une maison de retraite, à un prix avantageux, en échange de temps de partage avec les seniors (promenades, jeux, etc.). Compter de 30 à 500 €.

Pratique ensemble2generations.fr ou esdes-intergenerations.net

Dans un foyer, une solution très lyonnaise

Lyon, ville à forte tradition religieuse et philanthropique, regorge de foyers étudiants. Ceux-ci ont l’avantage d’être bien placés et généralement bien “tenus”, avec des règles de vie bien définies. La plupart proposent des chambres meublées, pour un ou deux étudiants, disposées autour de lieux de vie communs (cuisines, bibliothèques, salles de sport, etc.). Mieux vaut être ouvert aux autres et discipliné pour y vivre. C’est en tout cas, de l’avis des spécialistes, une très bonne solution pour les étudiants qui sortent du lycée ou qui découvrent une ville. Compter entre 350 à 500 € (plus frais d’inscription).

Pratique www.foyers-etudiants-lyon.com

Un étudiant sur deux cherche un studio

La plateforme de location entre particuliers LocService.fr , qui met en relation étudiants et propriétaires, vient de publier une étude précise sur le marché privé lyonnais. Où l’on apprend que le budget moyen d’un étudiant pour un logement à Lyon s’élève à 643 €, soit bien plus cher que la moyenne nationale (596 €), mais bien moins cher que Paris (842 €). 50 % des étudiants cherchent un studio/T1, 26 % une colocation, 4 % une chambre seule et 17 % un appartement T2.

Benoit MOUGET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?