Villeurbanne Insolite : cet été, apprenez à onduler comme une sirène

Pour se sentir comme un poisson dans l’eau, l’équipement est compris dans la prestation.  Photo Isabelle DUPRE
Pour se sentir comme un poisson dans l’eau, l’équipement est compris dans la prestation. Photo Isabelle DUPRE

Maître-nageuse villeurbannaise, Vanessa Simian lance une activité nouvelle cet été, au centre nautique Étienne-Gagnaire : des ateliers de nage sirène. L’occasion d’incarner un personnage de légende.

« Ce qui m’intéresse, c’est l’aspect ludique. Ça a un côté féerique : on incarne le personnage. » Maître-nageuse de 34 ans exerçant pour des clubs et la Ville de Villeurbanne, Vanessa Simian propose une activité toute nouvelle durant l’été au centre nautique Étienne-Gagnaire et à la piscine de Brignais : des ateliers de nage sirène avec monopalme. À Cusset, quatre cours seront donnés d’ici à la mi-septembre, le premier étant programmé le samedi 7 juillet. Chaque enseignement dure une heure et coûte 30 € par personne (45 € pour deux), costume inclus. Un costume dont la caractéristique essentielle est une large monopalme.

De quoi ressembler à une véritable sirène et apprendre à onduler comme ce personnage de légende. « On réalise un peu un rêve de princesse de petite fille », observe Vanessa Simian, adepte de cette forme très particulière de natation. Au moins 90  % des personnes intéressées par ses ateliers sont des femmes, la plupart âgées de 25 à 35 ans. Quelques quadragénaires et quinquagénaires sont également séduites, de même que des préadolescentes. Les ateliers sont ouverts aux 12 ans et plus.

« La nage sirène, c’est fatigant. Mais la natation est fatigante ! », concède Vanessa Simian. Un euphémisme, d’après le témoignage d’une nageuse confirmée qui a essayé la monopalme et a jugé l’expérience éprouvante. « Je prévois des échauffements hors de l’eau et dans l’eau, du matériel de flottaison, des frites », annonce la maître-nageuse. « On aura des personnes qui vont réussir à comprendre rapidement le mouvement, à avoir une respiration par mouvement. Pour d’autres, ce sera un peu plus long. Je m’adapterai. L’idée, c’est de savoir comment utiliser la monopalme pour rester en surface et avancer », ajoute cette Villeurbannaise de 34 ans.

Une passion pour la natation synchronisée

Une fois le mouvement de base acquis, place à la fantaisie, avec l’acquisition de mouvements permettant de réaliser différentes figures, comme des culbutes. Un art que maîtrise Vanessa Simian.

Après avoir débuté très tôt la natation sportive, elle s’est lancée dans la natation synchronisée à l’âge de 11 ans et a développé, depuis, une véritable passion pour cette activité. Une passion qu’elle partage avec des membres de l’Association scolaire laïque des Gratte-Ciel et des étudiantes du Lyon Synchro universitaire. Le club villeurbannais, au sein duquel la maître-nageuse intervient comme éducatrice, ne participe à aucune compétition, mais ses nageuses présentent un ballet de fin d’année qui leur permet de mettre en avant leur savoir-faire et leurs maillots customisés.

Vanessa Simian a transformé sa passion en activité professionnelle, puisqu’elle s’est mise à organiser des événements autour de la natation synchronisée à l’occasion d’inaugurations ou de mariages. Elle aimerait, à l’avenir, créer des lignes de produits, comme des bijoux ou des objets, tels que des pince-nez stylisés, inspirés de cette discipline aquatique.

Y. P.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?