Littérature Guillaume Le Cornec a choisi Lyon pour la nouvelle enquête des Jaxon

Photo DR
Photo DR

Dans son nouveau polar, La Presqu’île empoisonnée, cinq ados, les Jaxon, mènent l’enquête à Lyon traquant une mystérieuse pollution à la Confluence.

Dans son nouveau tome intitulé La presqu’île empoisonnée, aux éditions du Rocher, Guillaume le Cornec met en scène les Jaxon, cinq ados bien dans leurs baskets, férus de numérique, de justice et d’aventures.

La bande des cinq s’installe à Lyon, une ville qui leur est inconnue. Entre la vie au lycée, la tenue d’un journal va vite leur ouvrir de nouvelles perspectives. Les Jaxon vont devoir résoudre une mystérieuse énigme et découvrir quel mal ronge le sol de la presqu’île de Lyon. Course à l’info, repérages technologiques, les Jaxon ne reculent jamais face à l’ennemi. Pourquoi avoir choisi Lyon pour cette nouvelle aventure ?

« Lyon servait mes desseins avec le côté très historique de la ville, ses arêtes de poisson. C’est la ville de la chimie en Europe et elle est située sur la route de la Soie. » Un dernier détail qui compte, puisque ses personnages sont poursuivis par des mafias internationales.

Écrivain voyageur, communicant institutionnel dans son agence Ustensiles, directeur littéraire jeunesse depuis peu, Guillaume Le Cornec a réalisé un rêve d’enfant en devenant auteur. Le premier tome, L’île aux panthères, salué par la BNF, se déroulait à Nantes, la ville où il s’est installé et où les Jaxon partent en quête d’un trésor viking.

« L’ADN de la série, c’est de prendre à bras-le-corps les problèmes environnementaux et d’intéresser les ados à leur histoire, de leur montrer que la connaissance du passé sert à répondre aux questions du présent. Suspens, rebondissements, les polars très contemporains de Guillaume le Cornec se lisent d’un trait. Et, pas besoin d’être un ado pour en apprécier l’intrigue.

La Presqu’île Empoisonnée , Vol.2, de Guillaume le Cornec. Éditions du Rocher. Prix : 14,90 €. Dès 10 ans.

Marie-Christine PARRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?