Enseignement Brevet : comment évoluent les collèges publics lyonnais ?

Le collège Jean-Moulin, à Lyon 5e, se classe parmi les dix premiers établissements du Rhône depuis sept ans. Photo Eric BAULE
Le collège Jean-Moulin, à Lyon 5e, se classe parmi les dix premiers établissements du Rhône depuis sept ans. Photo Eric BAULE

Quels sont les collèges lyonnais où les élèves marquent le plus de points ? Leur taux de réussite évolue-t-il depuis une dizaine d’années ?

Les meilleurs sélectionnent leurs élèves ?

VRAI

C’est une évidence. Depuis 2012, presque tous les candidats de Saint-Exupéry et de la Cité scolaire internationale réussissent leur brevet.

A la Cité scolaire internationale (CSI), des tests d’admission sélectionnent les élèves qui n’habitent pas Gerland.

A Saint-Exupéry, sur la colline de la Croix-Rousse, la grande majorité des collégiens de troisième ont été recrutés en fonction de leurs compétences musicales et scolaires.

Ils sont inscrits en classes CHAM (horaires aménagés) ou en bilangues allemand.

Les meilleurs se trouvent dans les beaux quartiers ?

VRAI

Jean-Moulin, sur la colline de Fourvière, et Vendôme, au cœur du 6e  arrondissement, figurent parmi les dix premiers depuis sept ans.

Dans ces deux enceintes, on approche 70 % de cadres supérieurs et d’enseignants parmi les parents.

Les deux établissements figurent parmi les vingt collèges de la Métropole les plus favorisés socialement.

Clément-Marot (à la Croix-Rousse), qui apparaît aussi fréquemment en haut du tableau depuis 2011 (mais pas en 2017), présente une sociologie proche.

C’est une fatalité ?

FAUX

Jean-Monnet (Lyon Perrache), beaucoup plus mixte socialement, a obtenu de très bons taux de réussite ; à ce titre, l’édition 2017 lui a été plus défavorable. Reste à attendre 2018.

Schoelcher (Lyon 9e), dont les élèves sont en grande majorité issus de milieu modeste, voire très modeste, obtient aussi des résultats tout à fait honorables depuis 2015.

Par ailleurs, Bellecombe (Lyon 6e) et Ampère (Lyon 2e), dont les inscrits présentent une sociologie proche de Vendôme ou Jean-Moulin, ont toujours été moins bien classés depuis 2012. Mais ils occupent quand même très souvent le premier tiers.

Faire son collège à Lyon, c’est mieux qu’ailleurs ?

FAUX

Tant pis pour les virées autonomes au cinéma ou au centre commercial du centre-ville ! Les adolescents auront du mal à convaincre leurs parents d’échanger verdure contre bitume au prétexte que leur destinée scolaire en dépend. Au contraire.

Même si quelques collèges lyonnais sont régulièrement bien placés, ce sont aussi régulièrement les élèves des collèges ruraux ou semi-ruraux qui obtiennent les meilleurs taux de réussite.

Dolto, à Chaponost, l’emporte de loin en termes de régularité. Mornant, Chazay-d’Azergues, Villié-Morgon, Lentilly, Soucieu-en-Jarrest dépassent presque toujours les 95 % de réussite depuis plusieurs années.

Les Lyonnais sont plutôt surreprésentés dans le dernier tiers du tableau.

Depuis 2011, on en compte toujours une dizaine. Ils ne sont jamais autant dans le premier tiers.

Les derniers sont à éviter ?

FAUX

Pour les collèges Longchambon, dans le quartier des Etats-Unis, ou pour celui de Mermoz, dans le 8e, pour Jean-de-Verrazane à Vaise ou pour Gabriel-Rosset dans le 7e, les chances sur la ligne de départ ne sont pas les mêmes que dans d’autres quartiers.

Or quand les difficultés sociales sont trop concentrées, il est quasiment impossible de rattraper les premiers de la classe.

Ces quatre collèges sont parmi les vingt établissements de la Métropole où les difficultés sociales sont les plus marquées.

A l’arrivée, le taux de réussite au brevet est souvent inférieur à 80%.

Mais cela masque des projets d’établissement dynamiques et des équipes souvent soudées.

Et puis, sept ou huit candidats sur dix qui empochent leur brevet, ce n’est vraiment pas si mal !

Muriel FLORIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?