se déplacer Satisfait de son démarrage, IndigoWeel va renforcer sa flotte

Un peu plus de 9 000 locations ont été effectuées en un mois.  Photo Jean-Philippe CAVAILLEZ
Un peu plus de 9 000 locations ont été effectuées en un mois. Photo Jean-Philippe CAVAILLEZ

Jusqu’ici, tout roule. Et Jean Gadrat a le sourire. Le directeur général d’Indigo Weel était de retour à Lyon mercredi, un mois après le lancement de son service.

Depuis le 12 mars, la filiale du géant du stationnement a déployé 1 090 vélos sur Lyon, 6 000 personnes ont téléchargé l’application, dont 2 600 usagers actifs. Et selon la société, 9 000 locations ont été effectuées lors de ce premier mois. En revanche, les abonnements sont plutôt rares (une centaine), probablement en raison de la Bérézina GobeeBike, qui a dû refroidir les ardeurs d’engagement sur le long terme.

2 000 vélos avant l’été

La start-up franco-hongkongaise, première à se lancer à Lyon, avait stoppé son service après deux mois, en raison du vandalisme. Justement, Indigo Weel a dévoilé quelques informations quant aux dégradations sur ses vélos. Depuis les débuts, 50 (5 % de la flotte) ont été endommagés et cinq ont disparu. « On a identifié un point sensible : la béquille », a précisé Jean Gadrat.

Rassuré par ces chiffres, IndigoWeel compte poursuivre son implantation et vise 2 000 vélos avant l’été. « L’idée, c’est vraiment d’avoir un vélo tous les 150 mètres », précise Jean Gadrat, se voyant plus « comme un complément à Velo’v » qu’un concurrent. De même, en observant les usages, la société a décidé d’agrandir la zone d’exploitation. Elle devrait bientôt inclure Gerland, une plus grande partie de Villeurbanne et peut-être même l’université Lyon 2 à Bron Parilly.

J.-P. Cavaillez

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?