Mobilité La plateforme d'autopartage Drivy, pas qu'une solution aux grèves SNCF

Via une application sur Drivy.com, le propriétaire loue son véhicule sans contact direct.  Photo DR
Via une application sur Drivy.com, le propriétaire loue son véhicule sans contact direct. Photo DR

La plateforme d’autopartage entre particuliers rencontre un franc succès à Lyon, deuxième ville après Paris sur ce marché prometteur.

« C’est l’équivalent d’un gros week-end estival comme celui du 15 août ! », observe Quentin Lestavel, directeur France de la plateforme d’autopartage entre particuliers.

À la veille du premier mouvement de grève de deux jours de la SNCF, Drivy a enregistré une hausse de location de voitures de particuliers de plus de 50 %. Sur Lyon comme sur le reste de la France. Mais Quentin Lestavel tient bien à préciser que Drivy n’a pas cette vocation unique à être la solution de remplacement lors des grèves de la SNCF. Son ambition est plus large et surtout tournée vers la protection de l’environnement.

Une démarche simple

Son fondateur, Paulin Dementhon, a voulu en 2010 créer une plateforme permettant d’optimiser l’utilisation des voitures particulières. La démarche est simple : le propriétaire d’une voiture s’enregistre sur cette plateforme en indiquant les disponibilités de son véhicule. Il est alors repéré par un particulier en quête d’un véhicule près de chez lui. Via cette plateforme, le contact est pris.

Depuis 2016, un boîtier est intégré dans la voiture qui permet au nouvel utilisateur d’accéder au véhicule uniquement en cliquant sur son smartphone. Les clés de la voiture se trouvent à l’intérieur et le propriétaire n’a donc pas à se déplacer. « Lyon est la ville la plus dynamique sur ce marché après Paris », nous assure Quentin Lestavel. « Depuis 2014, nous avons assuré 80 000 journées de locations sur Lyon » en précisant que l’objectif de 2018 est d’atteindre la barre des 100 000 journées de locations. Près de 800 véhicules composent le parc lyonnais.

Le succès de cette plateforme donne même des idées à des particuliers qui n’hésitent pas à acquérir plusieurs voitures dans le seul but de les louer via Drivy. « Les propriétaires peuvent générer jusqu’à 1 000 euros par véhicule et par mois », explique Quentin Lestavel qui précise que 10% des propriétaires lyonnais louent plusieurs véhicules. La clientèle qui au départ se trouvait dans la cible des 25-40 ans tend à s’élargir auprès des seniors qui renoncent à leur voiture. Le prix moyen d’une location varie selon le type de véhicule mais il tourne autour de 30 euros la journée (70% reviennent au propriétaire, 15% à l’assureur et 15% à Drivy). Pour se développer encore sur la région, Quentin Lestavel négocie actuellement avec les collectivités pour obtenir des places de stationnement dédiées justement aux véhicules à louer.

Vincent Rocken

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?