Aménagement A6/A7 : premiers changements en 2020

Les quais du Rhône pacifiés à Perrache.  Photo Dumetier Design – Yam Stud
Les quais du Rhône pacifiés à Perrache. Photo Dumetier Design – Yam Stud

La concertation sur la “pacification” de l’axe entre Limonest et Pierre-Bénite à l’horizon 2020 est lancée. Une réunion publique a eu lieu mercredi à Lyon.

Les 16 km d’autoroute A6/A7 via le tunnel de Fourvière entre Limonest/Dardilly et Pierre-Bénite ont été déclassés et sont désormais exploités par la Métropole de Lyon. Elle veut les métamorphoser en boulevard urbain. Une ambition de longue haleine dont les échéances des étapes marquantes auront lieu en 2020, 2025 et 2030. Les deux dernières seront en lien direct avec l’aménagement d’un contournement Est de Lyon avec le passage à 2X3 voies de l’A46 Sud notamment et la réalisation de l’Anneau des sciences (Périphérique Ouest).

Création de lignes de bus express

Mais dès le début de l’année 2020, l’axe connaîtra des premières modifications et mesures dont la Métropole espère qu’elles changeront en partie les habitudes de déplacement : 115 000 véhicules empruntent chaque jour ce tronçon. C’est uniquement cette première étape qui donne lieu jusqu’au 4 mai à une concertation. David Kimelfeld, président de la Métropole, l’a précisé mercredi lors d’une réunion publique qui s’est tenue à la Faculté catholique à Lyon en présence de plusieurs centaines de personnes. Parmi elles, les maires de différentes communes, dont celui de Lyon, Georges Képénékian.

Cette tranche de travaux va voir l’ouverture de deux lignes express de bus se raccordant à des pôles multimodaux : La Garde/Gare de Vaise et la future gare d’Yvours à Irigny/Bellecour. Elles bénéficieront d’une voie réservée, des parcs relais seront construits à leurs extrémités ainsi que des aires de covoiturage et des consignes pour les vélos. Un arrêt, au moins, est prévu, près de Techlid au nord. Une expérimentation pour favoriser le covoiturage sera aussi menée avec une voie de circulation réservée et partagée avec les taxis, VTT et véhicules électriques en heures de pointe. Un itinéraire cyclable sera aussi aménagé entre Perrache et Pierre-Bénite, le long de “l’ancienne” autoroute. La vitesse sera abaissée à 70 km/h.

Des membres de l’association du sud-est lyonnais Fracture sont intervenus à plusieurs reprises au cours de la réunion, s’attirant même, à la fin, l’hostilité d’autres participants pour dénoncer un aspect trop lyonno-lyonnais du projet. « Jugement sévère », a rétorqué David Kimelfeld qui s’est attaché à défendre une vision globale de la Métropole et un souci du dialogue. Dialogue qui a aussi été un peu animé avec Jérôme Moroge, le maire de Pierre-Bénite.

Question récurrente : les offres de déplacement alternatives suffiront-elles vraiment à faire baisser le trafic actuel ?

François Samard

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?