Métropole - environnement Les véhicules polluants ne circuleront plus en 2020

En 2020, les poids lourds les plus polluants ne pourront plus circuler à Lyon, Villeurbanne et dans des secteurs de Caluire, Bron et Vénissieux.  Photo R. MOUILLAUD
En 2020, les poids lourds les plus polluants ne pourront plus circuler à Lyon, Villeurbanne et dans des secteurs de Caluire, Bron et Vénissieux. Photo R. MOUILLAUD

Inscrite dans le plan Oxygène, la zone à faible émission se précise. À compter du 1er  janvier 2020, les poids lourds et véhicules utilitaires les plus polluants n’auront plus accès à certaines zones.

Le 1er  janvier 2020, la donne va changer pour les véhicules les plus polluants. Plus question de traverser certaines zones de la métropole. C’est Thierry Philip, vice-président de la Métropole en charge de l’Environnement, de la Santé et du Bien-être dans la ville, qui l’a annoncé jeudi à l’occasion d’une conférence de presse avec Atmo et un représentant de la Dreal, au sujet de la qualité de l’air.

43 000 véhicules concernés

Pour encore réduire les émissions de NOx (oxyde d’azote) et de particules, une zone à faible émission (ZFE) va être établie. Son périmètre ? Lyon, Villeurbanne, une partie de Caluire, ainsi que Bron et Vénissieux à l’ouest du périphérique. Dans cette zone, à compter du 1er  janvier 2020, les poids lourds et utilitaires légers n’ayant pas une vignette Crit’air 1 ou 2 ne pourront plus circuler. En clair, les poids lourds de plus de six ans, les utilitaires diesel de plus de neuf ans et les utilitaires essence de plus de 14 ans.

« Ces véhicules représentent 25 % des kilomètres parcourus mais 50 % des émissions de NOx », a justifié l’élu. Sur la métropole (les 59 communes), 40 000 des 150 000 véhicules utilitaires légers sont concernés et 3 000 des 17 500 poids lourds.

Si le périmètre a été déterminé, la concertation est encore en cours pour une délibération qui devrait être votée avant la fin de l’année et une mise en route en 2020. « Avant cela, nous allons faire de l’éducation en 2019 en plantant des panneaux, en accélérant sur les bornes électriques, en informant les gens », a-t-il précisé.

Thierry Philip a également mentionné certaines exceptions. Le Samu, les ambulances, les pompiers, le Sytral, entre autres, ne seront pas concernés. « Et il y a aussi des gens qui ont besoin de plus de temps. Par exemple, le boucher qui va au marché et qui ne pourra pas changer son camion frigorifique en si peu de temps. Il y a aussi les engins de chantier. Tout cela, nous sommes en train d’y réfléchir ». Et en cas d’infraction ? « Une amende est prévue, entre 100 et 150 € », a répondu Thierry Philip.

Cette première ZFE est un début. En 2025, toute la métropole devrait être concernée par la même mesure et en 2030, les véhicules individuels pourraient entrer dans la boucle.

Jean-Philippe Cavaillez

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?