Travaux Les Lyonnais ont dit adieu à l'horloge de la gare Part-Dieu

La dépose a eu lieu sans dommage. / Photo CARDEM
La dépose a eu lieu sans dommage. / Photo CARDEM

Il a fallu six heures aux techniciens pour déposer la très imposante horloge qui a quitté, en fin de semaine dernière, la place Béraudier. Définitivement.

Des pages se tournent à la Part-Dieu. Ainsi, en déboulonnant l’imposante horloge qui, depuis 1983, donne l’heure aux voyageurs pressés, la SNCF marque, de façon spectaculaire, l’engagement de la restructuration de la gare de la Part-Dieu.

L’opération réalisée par l’entreprise Cardem, dans la nuit du 12 au 13 mars était délicate, l’ouvrage étant « relativement lourd ». Une fois à terre, il a rejoint les locaux de l’entreprise, avant d’être fixé sur son sort.

Selon le maître d’ouvrage, il n’est pas possible de réinstaller l’horloge dans la future gare. « La façade est beaucoup moins haute, ce n’est pas possible. » Du coup, on envisage soit de l’installer à la Cité du Train, basée à Mulhouse, soit de la proposer à la vente. Des pistes qui écartent, pour le moment, toute idée de recyclage.

L'horloge était installée depuis 1983. / Photo Cardem
L'horloge était installée depuis 1983. / Photo Cardem

Première démolition de la gare en juillet

De nouvelles barrières de chantier ont été placées sur une partie de la place Charles-Béraudier, dans la perspective de la prochaine restructuration de la gare qui va voir sa surface d’accueil doubler. Là, il s’agit de préparer cette partie d’espace public à héberger un hall d’accueil provisoire de la gare, un chapiteau qui va être installé à partir du mois d’avril. L’ouverture au public est programmée en juin.

Un aménagement qui permet ainsi à la SNCF d’attaquer dès juillet une première phase de démolition du bâtiment de l’horloge.

Un ouvrage de trois tonnes

Le poids du temps… Avec ses trois tonnes et ses six mètres de diamètre, il a fallu dépêcher sur la place Béraudier une grue de 35 tonnes et quelques chalumeaux pour déposer l’horloge. Avant d’être en mesure de dévisser chaque boulon puis de désolidariser l’horloge de la poutre trémie à laquelle elle était attachée. L’intervention a eu lieu pendant la fermeture de la gare, de 23 à 5 heures du matin.

Aline Duret

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?