Innovation Avec un pilulier révolutionnaire, une Lyonnaise gagne le concours Lépine

10 ans de travail pour enfin voir son pillulier en vente.  Photo David TAPISSIER
10 ans de travail pour enfin voir son pillulier en vente. Photo David TAPISSIER

Un pilulier sous forme de trousse pour les traitements lourds... Cécile Pagnon est parvenue, après dix ans d’un véritable parcours du combattant, à produire et à vendre le pilulier qu’elle a créé… en 2008.

Comment faire pour qu’une personne qui suit un lourd traitement, ne se perde pas dans les prises de médicaments ? Telle est la question à laquelle Cécile Pagnon a dû tenter de trouver une réponse en septembre 2008.

Son mari venait de subir une greffe à Lyon et il rentrait à son domicile avec un énorme sac de médicaments à prendre à heures fixes. Les piluliers sur le marché ne répondant pas à ses besoins, elle opte pour le système D avec comme testeur son mari. Après plusieurs prototypes, elle sort un modèle de trousse qui prend en compte plusieurs facteurs : les créneaux horaires, la distinction des jours, le nombre et la taille des médicaments, l’évolution des traitements et des ordonnances, et surtout la mobilité des patients qui ne restent pas toujours à leur domicile.

Le résultat ressemble un peu à un calendrier de l’avent… « On m’a souvent fait la remarque, mais je n’ai jamais pris cela de manière péjorative. Au contraire, l’objet est ludique… On est heureux de l’avoir… », explique Cécile Pagnon.

Quatre ans pour obtenir un brevet

Autour d’elle, plusieurs amis de différentes professions médicales la poussent à aller plus loin. Enseignante en droit, la Lyonnaise a un frère qui a déposé plusieurs brevets et qui la pousse à faire de même. Sa demande est faite en mars 2009 et elle mettra quatre ans à l’obtenir. Convaincue que son invention comble véritablement un vide, elle se penche alors sur la fabrication.

Comme pour le brevet, elle se heurte à des difficultés : des dizaines de prototypes sont créées, en France et à l’étranger mais aucun ne fait vraiment l’affaire. C’est finalement par réseau qu’elle rencontrera Rehana Lafont, originaire de New Delhi, qui lui permettra de lancer une production au Pakistan au bout de deux années supplémentaires…

Médaille d’or au concours Lépine

Alors que le couple est en plein déménagement en 2016, son mari apprend qu’il doit subir un pontage… Cela ne l’empêchera pas de suivre sa femme dans l’aventure du concours Lépine ! Après avoir créé Pilleasy , sa société en avril, Cécile Pagnon décide en effet d’y participer avec son frère, sans trop savoir où elle va… Sauf que son invention fait mouche et elle repart avec une médaille d’or ! Elle se lance alors dans la dernière ligne droite : la commercialisation. Et depuis octobre 2017 elle vend sur son site et sur Amazon ses piluliers (lire par ailleurs). Peu à peu, ses ventes décollent. « Il me reste encore à travailler la mise sur le marché, trouver les lieux où les vendre. J’ai mis dix ans, de la création à la mise en vente et la route est encore longue ! Mais j’ai des dizaines d’idées pour développer encore le produit », rajoute la créatrice, heureuse désormais de lire les commentaires positifs de tous ces malades qui ont enfin trouvé une solution à leur organisation au quotidien…

Pratique Pilleasy https ://pilleasy.fr/

Un pilulier, quatre produits

« Ce pilulier, c’est plus que pratique… C’est la réponse aux problèmes de nombreux malades, surtout ceux avec des pathologies et des traitements lourds. » Si Cécile Pagnon défend son produit, c’est avant tout parce qu’elle y croit. Passionnée par cette trousse qu’elle a créée et imaginé – jusqu’aux soufflets des petits sacs afin de permettre de mettre de gros médicaments – elle est convaincue du bien-fondé de Pilleasy. En Nouvelle-Calédonie, où elle a résidé de nombreuses années, les médecins-conseils réfléchissent même à son remboursement par la Sécurité sociale…

Pilleasy se décline en deux modèles différents – pour les familles qui ont besoin de deux piluliers – un “Organdi” haut de gamme à 59,90 € et un “Tonic” coloré à 49,90 €. Pour les deux, il existe un kit complémentaire de 22 pochettes (7 jours, matin, midi et soir + une en plus) pour permettre de partir avec une deuxième semaine de médicaments, au tarif de 39,90 € et 34,90 €.

David Tapissier

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?