Tourisme Hostnfly : sous-louer son logement sans les inconvénients de gestion

Confier ses clés de maison le temps d’un week-end ou de courtes vacances, non pas directement   à des touristes, mais à une conciergerie, qui va se charger de l’accueil, de la gestion, du ménage et même de faire les lits, c’est l’idée d’Hostnfly.  Photo illustration Julio PELAEZ
Confier ses clés de maison le temps d’un week-end ou de courtes vacances, non pas directement à des touristes, mais à une conciergerie, qui va se charger de l’accueil, de la gestion, du ménage et même de faire les lits, c’est l’idée d’Hostnfly. Photo illustration Julio PELAEZ

Une septième conciergerie pour courts séjours vient de s’installer sur ce créneau porteur impulsé par des plateformes comme Airbnb.

Si le principe de sous-louer son appartement le temps d’un week-end a fait son chemin chez les 25-35 ans, l’idée même de mettre des annonces, accueillir les vacanciers, répondre à leurs désirs et faire le ménage en a fait reculer plus d’un. C’est comme ça que dans le sillage porteur d’Airbnb (1) se sont engouffrées des entreprises qui ont remis à la mode le terme de conciergerie. Elles sont désormais sept à Lyon à proposer ce service.

Parmi elles, Hostnfly, installée depuis 18 mois à Paris, permet depuis ce mardi aux Lyonnais de confier les clés et de perdre le souci de la gestion : « Il s’agit de lever tous les freins liés à la location, explique Marie Jamin, responsable marketing d’Hostnfly. Vous nous laissez vos clés et vous récupérez votre appartement dans l’état dans lequel vous l’avez laissé après vos vacances ou votre week-end. »

Pour l’instant, le périmètre est limité à Lyon intra-muros. Déjà, les connexions ont été nombreuses ce mardi, sur le site, et des rendez-vous avec des professionnels pris pour photographier l’appartement : « En termes de taille de marché, Lyon est la troisième ville de France derrière Paris et Nice. C’est une destination prisée pour l’aspect culturel et gastronomique » indique Marie Jamin. Autre intérêt : les Lyonnais n’hésitent pas à bouger de chez eux le temps d’un week-end en Méditerranée ou dans les Alpes… et libèrent ainsi leur appartement.

Côté hôtes, l’idée avait séduit à Paris en majorité des clients qui n’avaient jamais tenté l’aventure Airbnb : « 85 % d’entre eux ont entre 26 et 34 ans. En moyenne, ils laissent leur appartement 17 jours dans l’année. Il s’agit souvent de primo-accédants ou de locataires autorisés. »

Sur le site d’Hostnfly, en quelques clics, on obtient une estimation du revenu que peut rapporter son logement. Au passage, Hostnfly se sert avec une commission allant de 18 à 25 % des revenus générés.

Pour ses touristes, Hostnfly vise les petits séjours de ceux qu’ils appellent la “génération Easy Jet”, des jeunes couples, entre 28 et 38 ans, souvent de catégorie sociale CSP +, qui font des « petits trips le temps d’un week-end. » Ceux-ci, assure-t-on chez Hostnfly, sont soigneusement « sélectionnés ».

(1) Airbnb est une plateforme communautaire permettant aux particuliers de mettre en location leur logement sur des courtes durées.

Élise Colin

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?